Le surmusulman

Nous ne pouvions faire autrement que vous accueillir ce soir, malgré l’absence physique de Fethi Benslama en raison d’un virus assez fréquent à cette époque de l’année. Nous ne l’avons appris que hier (lundi 16 janvier) et ne vous en avons informé que ce matin même (mardi 17 janvier) par courriels. Nous avons donc décidé de maintenir la soirée, non pas de remplacer Fethi Benslama, non seulement on ne remplace pas les gens – éventuellement on leur succède – et on ne parle pas en leur nom, d’autant que nous ne sommes pas des spécialistes, ni de l’islam ni de la psychanalyse et de sa langue avec laquelle nous ne sommes pas familiarisés.

Nous vous proposons donc, dans un premier temps, de présenter certains éléments de sa pensée à partir des lectures que la petite équipe qui organise ces conférences a faites de ses livres au sein de ce que nous appelons un « atelier de lecture » qui se réunit régulièrement et en offre les comptes-rendus sur ce blog. Puis, dans un deuxième temps, de recueillir vos questions. Non bien sûr, pour y répondre, sauf si elle concerne le domaine de compétences de Makram Abbès– notre spécialiste de philosophie arabe que beaucoup d’entre vous ont déjà pu écouter ici même – mais pour les transmettre à Fethi Benslama que nous espérons réinviter prochainement.

Je vais au préalable faire une brève présentation de Fethi Benslama, avant de donner la parole à Marie Fabre qui explicitera la thèse du surmusulman.

Je l’ai dit, Fethi Benslama est psychanalyste, aussi professeur de psychopathologie clinique à l’Université Paris VII. Et si sa pensée est dans l’actualité depuis les attentats terroristes de janvier 2015 (à travers de nombreuses interviews parues dans les médias et des ouvrages : La guerre des subjectivités en Islam (2014), L’idéal et la cruauté (2015), Un furieux désir de sacrifice (2016), il faut noter qu’il s’intéresse de longue date à la question des profondes transformations subjectives que connaît le sujet musulman à travers les diverses offres identitaires qui lui sont faites depuis le début du XIXe siècle et le choc de la modernité avec l’Occident. C’est de longue date qu’il s’attache à comprendre les logiques identitaires qui se sont emparées, de façon délirante à ses yeux, du désir politique, et voisine avec la pulsion de mort : « Identités meurtrières », vous connaissez peut-être le titre de l’ouvrage remarquable d’Amin Maalouf… De longue date, c’est-à-dire depuis le milieu des années 1980, publiant un ouvrage sur la question du langage chez Mahomet (La Nuit brisée, 1988), un autre sur l’analyse des Versets sataniques qui valut à Salman Rushdie la fameuse fatwa de mort (Une fiction troublante, 1994), créant les cahiers Intersignes en 1990 pour penser avec la psychanalyse ce qui se noue entre Europe et Islam, et plus récemment en faisant paraître en 2002 ce livre-clé, épais, technique et matrice des livres ultérieurs : La psychanalyse à l’épreuve de l’islam. Fethi Benslama ne fait pas qu’écrire, il est avec d’autres à l’initiative du Manifeste des libertés publié en février 2004. Ce Manifeste appelait tous ceux qui se reconnaissaient dans les valeurs de laïcité et la référence à l’Islam comme culture à s’opposer collectivement à l’islamisme. La Déclaration d’insoumission à l’intention des musulmans et de ceux qui ne le sont pas (2005) qu’il signe est un produit direct de cette initiative.

Lire Fethi Benslama, ou plutôt faire l’expérience de la lecture de Fethi Benslama – ça bouscule en effet, le style est vif, incisif, les positions éthiques fermes, la vue ample et audacieuse – nous conduit à approcher de manière originale le phénomène djihadiste, mais sans exclusive d’autres points de vue. C’est la moindre des choses, vous me direz : la fonction intellectuelle se doit de se décoller de la posture prophétique, de toutes postures en général, et reconnaître a minima une pluralité explicative nécessaire pour rendre compte du réel ; et reconnaître aussi que demeure toujours de l’opaque, de l’innommable, du non-nommable. Fethi Benslama invoque des causalités multiples, mais nous avons affaire avec lui à un autre abord explicatif que celui de l’histoire de la rencontre entre l’Islam et l’Occident, que ce soit dans les termes de la guerre des civilisations (un Islam incompatible avec la modernité en l’absence du réforme théologique congédiant du Coran l’appel au djihad) ou dans les termes de la souffrance postcoloniale au sein d’une société française profondément raciste et islamophobe et où des jeunes s’identifient à la cause palestinienne ; ou encore dans les termes d’un islam globalisé se raidissant sur certains marqueurs identitaires et au sein duquel une frange radicalisé a pensé l’Europe comme le ventre mou de l’Occident et donc comme une cible de choix. Toutefois, Fethi Benslama peut reprendre certains aspects de ces thèses, retravaillés au prisme de la psychanalyse. Nous avons affaire avec lui à un autre abord explicatif que celui qui souligne plutôt la coupure, relative, entre islam et radicalisation et met l’accent sur la dimension nihiliste d’une révolte caractérisée par la jeunesse, la solitude existentielle et le désir de mort, qui emprunte certes la langue d’un islam réduit à un code très strict de mœurs, mais ne se situe pas à l’issue d’un parcours de radicalisation religieuse. Toutefois, Fethi Benslama peut reprendre certains aspects de cette thèse, retravaillés au prisme de la psychanalyse. Nous avons affaire avec lui à un autre abord explicatif que celui, psychopathologique, qui postule une continuité entre dépression, désaffiliation et radicalisation. Toutefois, Fethi Benslama peut reprendre certains aspects de cette thèse, retravaillés au prisme de la psychanalyse, rejetant notamment tout vocabulaire de la pathologie incompatible avec une démarche qui ne soit pas attachée à la singularité des individus.

L’abord de Fethi Benslama est celui d’un psychanalyste qui s’efforce de saisir les phénomènes avec la boussole de l’inconscient et donc de la jouissance, au niveau subjectif. Ce n’est pas la seule et il me semble important d’en évoquer deux autres. La première, c’est que son travail s’ancre dans un terrain d’observation. Des terrains devrais-je dire, à savoir 1°/ une recherche à la fin des années 1970 sur les bouffées délirantes des migrants maghrébins hospitalisés en psychiatrie, 2°/ ses consultations à L’Aide sociale à l’enfance dans une banlieue Nord de Paris durant 15 années (1985-2000), 3°/ une recherche menée avec une équipe de l’École des hautes études en sciences sociales à la fin des années 1980 dans la banlieue de Tunis sur « La famille et le père », 4°/ une recherche sur les incidences cliniques de l’exil, 5°/ une recherche longue de 15 ans sur la généalogie du sujet en islam. La deuxième est celle de la perspective historique qui le conduit à insister sur la montée de ce qu’il appelle la mouvance des anti-Lumières, dont la figure emblématique est le fondateur des Frères musulmans Al-Banna et dont le « noyau subjectif » est “ l’angoisse de se sentir devenir autre et le malheur de se percevoir comme un Soi inauthentique, emporté loin de sa rive ”. Née dans les années 1920, elle a pour objectif de lutter contre l’apparition d’un sujet musulman réformé qui pense que l’amour de Dieu ne suffit pas pour régler son existence. Cette mouvance propose une « solution cohésive » dont la formule s’énoncerait ainsi : une seule méthode, celle de Dieu et un seul parti, celui d’Allah, afin de préserver un musulman fidèle à la loi et devant donc “ se désister comme sujet de raison devant la loi ”. Cette montée des anti-Lumières a pour lui deux conséquences. La première est le formidable accroissement des prétendants au martyre, d’une ampleur sans précédent dans l’histoire de l’Islam selon Fethi Benslama. Il fait en effet le constat que pour beaucoup d’individus, la seule voie d’émancipation depuis les années 1980 est de se délivrer de soi-même, notamment chez les jeunes, en se donnant la mort et en donnant la mort autour d’eux. La deuxième c’est l’avènement du surmusulman, c’est-à-dire d’une offre identitaire centrale dans le dispositif djihadiste moderne, qui prend la forme d’une offre de reconquête d’une identité blessée à l’articulation de souffrances individuelles et d’un idéal en souffrance depuis la fin du califat en 1924. Fethi Benslama parle aussi d’une « offre de ségrégation » et de suridentification à un idéal musulman. Ce dont Marie Fabre va maintenant vous entretenir à partir de la lecture qu’elle a faire d’Un furieux désir de sacrifice.

Écouter la présentation de Marie Fabre du 17 janvier 2017 : http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article6267

la pensée de Fethi Benslama

Nous vous proposons un long compte-rendu de plusieurs ouvrages de Fethi Benslama. Nous aurions pu le réduire. Il nous a paru judicieux malgré tout, au risque de lasser le lecteur ou la lectrice, de ne « pas trop » condenser cette pensée ample, faisant feu de tout bois, exprimée depuis un point de vue avec lequel peu d’entre nous sont familiarisés. Ne pas la déformer voire la caricaturer nous impose quelque longueur… Afin qu’elle ne soit pas langueur, nous vous proposons de picorer dans le texte comme bon vous semble, à partir des titres du plan détaillé ci-dessous :
Partie 1
De la radicalisation
La radicalisation comme menace
La radicalisation comme symptôme
Le surmusulman et son dépassement
L’invention de l’islamisme
Le surmusulman
Fatwa-folie : le sexe et le surmusulman
D’un dépassement du surmusulman : le miroir politique
Partie 2
Prologue… Qui est Fethi Benslama ?
À quel type d’ouvrage avons-nous à faire ?
La guerre des subjectivités en islam
La question du martyr
À propos du soulèvement tunisien
Une anthropologie psychanalytique de l’islam
Épilogue… Les invitations optimistes de Fethi Benslama


Continuer la lecture de la pensée de Fethi Benslama