Réfléchir après…

Le cycle de conférences « Réfléchir après… », qui s’appelait l’année dernière « Réfléchir après Charlie », a été créé sous l’impulsion des événements de janvier 2015. Ces événements avaient servi de catalyseurs pour une série d’interrogations auxquelles il nous semblait ne plus pouvoir échapper. Pour reprendre les mots de l’historien Patrick Boucheron et de l’écrivain Mathieu Riboulet (Prendre dates. Paris, 6 janvier-14 janvier 2015), tout n’allait pourtant pas si bien avant même les attentats de janvier : ainsi la force de l’événement a été de faire apparaître, au travers du drame qui s’est joué, notre propre sentiment d’être abasourdis, démunis, impuissants dans les actes mais aussi dans la pensée, ignorants même, face à un contexte que tous pourtant voyaient évoluer avec inquiétude, et ce depuis des années. C’était autour de nous un sentiment partagé. Que s’était-il passé pour qu’une telle chose puisse arriver et que nous soyons justement forcés à la penser « après », comme après-coup, impréparés ? Les événements de janvier avaient fait surgir la violence et la mort dans notre quotidien, et nous avaient, fatalement, rendus à notre vie, à la manière dont celle-ci était employée ou engagée dans ce moment historique.
Ce cycle n’a ainsi pas été créé par des spécialistes, mais par des universitaires qui cherchaient à prendre la mesure de la situation avec les moyens qu’ils avaient à disposition, et surtout à offrir ces moyens-là à un public le plus large possible. Avec l’idée aussi qu’au-delà des polémiques, la mobilisation du 11 janvier nous avait au moins montré qu’une espace public demandait à exister. Faire de ce cycle l’un des lieux d’actualisation de cet espace public, faire le pari de la constitution d’un public autour d’un événement était une autre ambition, peut-être démesurée, que nous avons nourrie.
Cependant nous avons vu l’année dernière, et nous voyons encore aujourd’hui, qu’il existe une véritable demande d’un public pour se placer à un niveau d’information et de compréhension de ces événements différent de celui proposé par le journalisme à chaud ou de celui qui résulte de la simultanéité du « direct ». En témoignent des faits simples, comme celui-ci : le livre de Jean-Pierre Filiu, Les arabes, leur destin et le nôtre, ou encore Le piège Daech, de Pierre-Jean Luizard, ont été propulsés une semaine après les attentats de novembre dans les 20 premières places des ventes en librairie. Sans doute trouvons-nous là un indice de ce qu’il existe un public qui se constitue autour d’un autre besoin de connaissance et c’est là, peut-être, que le travail que nous faisons comme chercheurs peut donner prise à cette attente.
Comme l’année dernière, nous proposons donc des conférences accessibles, dont le but est avant tout la divulgation, en ménageant une large place au débat et aux questions.
Mais avant de démarrer ce nouveau cycle, et en guise d’introduction, peut-être nous faut-il revenir un instant sur l’expérience de l’an dernier, pour en dresser un bilan critique et pour faire résonner autrement les questions que cette expérience a soulevées.

I. Le poids de l’événement…

Il faut peut-être dire que l’expérience de l’an dernier « Réfléchir après Charlie… » nous avait laissé sur une impression partagée. D’un côté, le fait positif d’une mobilisation réelle de nos forces de penser à partir de l’événement ; de l’autre, tout autant, une sorte d’insatisfaction sans doute nourrie par le décalage inévitable entre ce que furent les rencontres de ce premier cycle et ce que sont devenues nos attentes tout au long de ce cycle. Comme un certain décalage, parfois, entre l’urgence qu’il y avait et qu’il y a toujours à mettre des mots sur ces événements et les détours sans doute nécessaires depuis lesquels revenir sur ces mêmes événements.
Nous étions donc partagés ; mais nous avions décidé, en fin d’année universitaire dernière, de relancer le cycle des conférences « Penser après Charlie… ». Les événements de novembre 2015 ont donné plus de prise à cet effort. Et pourtant, entre janvier et novembre, bien des événements ont eu lieu qui auraient dû soutenir l’entreprise – l’attentat du 2 avril 2015 contre l’Université de Garissa (Kenya), la tuerie du Musée Juif de Belgique [24 mai à Bruxelles] ; l’attentat d’Isère du 26 juin ; l’attentat de Sousse en Tunisie le même jour, l’attentat du train Thalys du 21 août, l’attentat de Beyrouth du 12 novembre [40 morts et 200 blessés], etc.
Comme dans l’affaire du Thalys, il arrivait que ces événements fassent irruption, totalisent pour quelques heures seulement l’attention de la presse, puis semblent se dissoudre sans qu’on ne sache plus rien de l’enquête, sans qu’on ne pense plus à en rien demander. Et le fait qu’il ait fallu les dimensions des événements qui se déroulèrent dans la nuit du 13 novembre 2015 à Paris pour achever de nous remobiliser est sans doute un problème. Ce problème, il ne s’agit pas de le résoudre ici et maintenant mais, seulement, de le poser comme l’un des « problèmes » autour desquels, finalement, notre démarche trouve une partie de son sens.
Ce problème est celui de notre implication : face à tel événement, nous nous sentons plus ou moins concernés, nous décidons de ne pas l’être ou de ne plus l’être. Comment rendre compte de ces attitudes ? Comment mettre au jour ce qui les soutient ?

II. Se sentir responsables…

Si cette attention différenciée à tout un ensemble d’événements, pour explicable qu’elle soit, n’en est pas moins une difficulté, alors que dire de ce qui relève de notre responsabilité ? L’une des conséquences immédiates qui résultent de ces événements de novembre est l’intensification des bombardements en Syrie. Mais qu’est-ce que cela veut dire au juste et de quelle manière cette décision nous engage-t-elle, « nous », comme citoyens ? Entendons-nous, il ne s’agit pas ici de parler de culpabilité mais bien de responsabilité. Autrement dit, d’un droit de regard sur les conséquences de nos actes et de nos décisions. Or il est clair que la relation entre les événements de novembre et ces décisions politico-militaires nous engage.
Qu’en est-il de notre responsabilité et comment nous rendre plus conscients de ce qu’implique des décisions politiques aux conséquences réelles mais éloignées pour nous ? Nombreuses sont les scènes éloignées sur lesquelles adviennent ces conséquences, elles sont « à distance » et, pour tout dire, l’on en sait peu. Cet éloignement s’oppose à la perception dramatique et dramatiquement concrète de ce qui est advenu à Paris. Comment donc poser et penser de manière responsable de tels « faits », de tels « actes » et de telles « décisions » ?
À la multiplication des points de vue que ne manque pas d’entraîner chaque événement, dans des moments où les « intellectuels » semblent sommés de « s’exprimer », s’oppose cette assomption d’une responsabilité collective, qui à vrai dire, continue à manquer.

III. La globalisation de l’événement…

Si le contraste entre proximité et distance est un problème qui rend plus difficile notre effort nécessaire de penser, il faut encore compter avec un autre effet non moins difficile à comprendre, non moins problématique. Le quasi-synchronisme avec lequel les ¾ de la planète ont vécu, presque en temps réel, ces événements comme dans une condensation de l’espace et du temps. Ce qui rajoutait à la sidération provoquée par les événements proprement dits.
Comment se placer en face de cette dimension de l’événement, des événements ? Ou, ce qui revient au même, quelle est la place que nous, citoyens ordinaires mais aussi chercheurs, nous pouvons occuper pour tenter de comprendre ? Notre difficulté, ici, comme précédemment, est encore celle du regard à distance, celle de la bonne focale depuis laquelle « voir » ce qui est sous nos yeux et que nous ne voyons pas toujours, et voir ce qui est éloigné et que nous ne percevons pas non plus avec évidence.

IV. Connaître pour agir

Mais les problèmes ne sont pas seulement ceux de la bonne distance, ceux du point de vue. Il faut bien reconnaître qu’une partie de la signification politique de ces événements, pour être identifiée comme telle, suppose que l’on fasse un travail de comparaison, de mise en perspective qui est aussi mise en relation de ces événements avec d’autres événements, avec d’autres faits.
Il est clair que les orientations qui ont présidé au choix des interventions de cette année sont principalement portées par cette exigence : comparer, mesurer, élargir les perspectives. Autant d’exigences qui fondent ce qui pourrait passer pour être des détours. D’une certaine manière, on peut dire que ces détours de connaissance sont absolument indispensables ; mais, et c’est aussi notre problème, ces détours ne valent que comme détours car toute la difficulté est sans doute de faire quelque chose de cette connaissance, d’en faire quelque chose, c’est-à-dire de comprendre POUR nous placer en face de ces événements.
Le problème est classique, ce qui n’enlève rien à l’exigence d’y répondre : comment faire ici le lien entre ce détour de connaissance et notre appropriation politique de ces événements ? Comment relier ici ce qui relève de la connaissance et ce qui doit nous porter à une forme d’action ? Seule manière d’éviter l’écueil de la connaissance POUR la connaissance…

V. Que nous apporte la connaissance ?

Nous avons besoin, pour mieux comprendre le contexte actuel de faire appel à toutes sortes de mises en perspective.
Pour comprendre, il faut d’abord apprendre, ce qui explique que nous mobilisions ici les connaissances de spécialistes qui savent remettre certains problèmes dans leur contexte géographique, historique, sociologique et juridique. C’est une première forme de mise en perspective, indispensable à la connaissance : celle qui permet un premier détachement vis-à-vis de l’événement pour privilégier les temps longs de l’histoire telle qu’elle s’inscrit dans un territoire, telle qu’elle traverse des territoires, des institutions, etc.
Une deuxième forme de mise en perspective, qui ne sera cependant pas privilégiée cette année, serait celle qui confronte les formes de radicalités auxquelles nous avons affaire aujourd’hui à d’autres formes de radicalité, des millénarismes aux terrorismes des années 1960-70.
Une troisième forme de mise en perspective est enfin celle que chacun de nous peut faire, quand il se demande, par exemple, que signifie se dire en guerre aujourd’hui pour un pays comme le nôtre, relativement à des pays qui vivent la guerre sur leur sol au quotidien, ou encore, comment 130 morts en France parviennent à émouvoir une partie du globe, là où des attentats plus lointains nous laissent chaque jour indifférents, sans parler des milliers de personnes qui meurent aux portes de l’Europe. Il ne s’agit ni de minimiser d’un côté, ni de culpabiliser de l’autre, mais simplement de réfléchir aux mots et aux faits qui nous sont soumis pour les comparer à d’autres, et ainsi les mettre à distance.

VI. Une démarche qui commence…

Problème du « concernement » ; problème de la construction de la bonne distance ; problème du détour de la connaissance ; problème de la comparaison : l’ensemble de ces problèmes pour lesquels nous ne pouvons pas avoir de réponse toute faite nous convainc du caractère « commençant » de la démarche. Le projet qui la porte est encore À FAIRE.
Cette démarche ne peut de toute façon être que commençante. Non seulement : elle est un effort de conscience qui relève aussi de la mise en marche et du mouvement ; mais elle nous place aussi dans l’événement car « Réfléchir après… » ne veut certainement pas dire que l’événement est advenu une fois pour toute. Nous pourrions ajouter que cette démarche nous conduit aussi à « Réfléchir avant » tant nous sommes immergés dans un contexte qui, chaque jour, se transforme ; tant nous avons l’impression malheureuse d’être toujours au début de quelque chose… Finalement, « Réfléchir dedans… » serait sans doute plus exact, avec tout ce que cela implique aussi de fragilité. Enfin, elle est commençante parce que, comme l’année dernière, nous savons bien qu’elle nous posera plus de questions qu’elle n’en résoudra, questions qui seront aussi portées, nous l’espérons, par le public mobilisé par ces conférences. De ce public, nous ne savons encore rien, mais nous espérons qu’il trouvera ici un espace pour se transformer, et nous transformer.

VII. Présentation du programme 2015-2016 et des intervenants

Si notre programme de cette année ne peut prétendre à l’exhaustivité, il devrait pourtant nous permettre d’approcher plusieurs dimensions du contexte qui nous occupe. Présentons ces conférences en laissant de côté l’ordre dans lequel elles seront prononcées.
Certaines interventions devraient ainsi nous éclairer sur les enjeux nationaux des événements, notamment dans les réactions politiques et les représentations qu’ils suscitent : c’est le cas de la première conférence du 15 décembre 2015, où Abdellali Hajjat reviendra sur les deux phénomènes sociaux de l’islamophobie et de l’antisémitisme, en mettant en lumière leurs trajectoires historiques et leurs transformations récentes. D’une autre manière, Yasmine Bouagga mettra elle aussi en jeu ces représentations dans son intervention sur la radicalisation en prison, ce facteur ayant été mis en valeur dans différents parcours de terroristes liés aux attentats parisiens de janvier notamment. En revenant sur le rôle des émotions en politique, Claude Gautier réfléchira plus largement à la manière dont ces événements mettent en jeu, dans les réactions diverses qu’ils suscitent, une affectivité qu’il ne faut ni négliger, ni mépriser, mais inclure comme objet d’analyse.
Mais il manquerait une part à cette réflexion si elle ne tentait pas de se placer sur un terrain historique et géopolitique. L’intervention de Makram Abbes sur le problème de la guerre en Islam nous permettra ainsi d’élargir la perspective en nous focalisant sur le monde musulman. Nous reviendrons aux sources et aux évolutions historiques du concept de jihad, qui est aujourd’hui entré dans le vocabulaire sans qu’on en maîtrise toujours la signification. Avec Haoues Seniguer, nous nous concentrerons ensuite sur Daech et sur les formes particulières d’utilisation de la violence que l’organisation de l’État islamique met en jeu. Enfin l’intervention de la juriste Karine Roudier se placera sur le plan du droit international, pour nous aider à mieux comprendre les cadres actuels de la lutte anti-terroriste, en mettant en lumière la tension entre demande de sécurité grandissante et état de droit.

marie fabre & claude gautier

Photo : © Doug Bowman


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *