Tous les articles par Laurent Dartigues

L’Occident décroché – Compte-rendu

Amselle_InfogJean-Loup AMSELLE
L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes.
Paris, Fayard (coll. Pluriel), 2010 [avec une préface inédite, 1ère éd. 2008].

Préambule :
1. Le titre indique que l’ouvrage porte sur les postcolonialismes, un pluriel que de nombreux auteurs ont signalé, parlant de « nébuleuse » pour Pouchepadass, de « pensée éclatée » pour Mbembe ou encore de « dédale » pour Smouts, et qui va être ici illustré par une « enquête » qui traverse les frontières nationales, de première main (analyse érudite de textes et d’auteurs pour l’Afrique surtout et l’Inde) ou de seconde main (pour l’Amérique latine).
2. Je situerais l’ouvrage d’Amselle dans la proximité critique de Mémoires d’empire. La controverse autour du « fait colonial » (2006) par lequel Romain Bertrand entre dans le débat à propos du legs colonial, particulièrement sensible dans la France de 2005 (des « bienfaits de la colonisation » aux Indigènes de la République en passant par les révoltes urbaines suite au décès de Zyed Benna et Bouna Traoré), et du pamphlet, assumé comme tel par Jean-François Bayart, Les études postcoloniales. Un carnaval académique, publié en 2010. Trois contributions qui reconnaissent l’intérêt des études postcoloniales pour ce qui est d’attirer l’attention sur le fait que la domination coloniale a aussi à voir avec un appareil de savoir ou sur l’histoire en grande partie invisible des subalternes ou encore des formes de résistance culturelle à l’ordre colonial. Trois contributions essentielles qui pointent les problèmes que les études postcoloniales soulèvent, tant théoriques – surtout du côté de Romain Bertrand qui souligne notamment que l’emprise coloniale de l’empire est surestimée, de même qu’est surfait le rapport postcolonial qui relève non d’un déterminisme colonial mais d’un rapport d’énonciation pour ceux qui l’utilisent aujourd’hui – que politiques – notamment le durcissement des catégories identitaires et des assignations à l’origine ainsi que l’accent mis sur la question culturelle au détriment de la question sociale.
3. L’ampleur de l’enquête de Jean-Loup Amselle, sur trois continents, la dimension personnelle à laquelle il ménage une place, fait à mes yeux de son ouvrage une pièce majeure de la critique des études postcoloniales, contre leur culturalisme essentialiste et leur relativisme séparatiste, au nom d’un universel qui peut être particularisé.occident-decroche

Thèses :
Amselle s’intéresse aux postcolonialismes moins en tant qu’entreprises de déconstruction des savoirs occidentaux sur l’autre et dévoilement de leur rôle dans la domination de l’impérialisme, qu’en tant qu’idéologie. Il ne s’explique pas de ce choix qui privilégie donc une critique des conséquences politiques des savoirs, des prises de position politique qu’ils autorisent, au détriment d’une critique épistémologique et méthodologique interne à ce champ de savoir si divers. Que ce soient les enjeux politiques de l’idéologie postcolonialiste qui forment la préoccupation de Jean-Loup Amselle et fondent son enquête est peut-être à chercher du côté d’Achille Mbembe lorsque ce dernier souligne que le postcolonialisme se présente d’emblée dans une double dimension épistémique et politique, et que c’est même une des lignes de force de ce monde hétérogène consistant en une « éthique de la conviction » que le savoir doit viser la transformation du monde et donc à l’appel d’un engagement politique de l’intellectuel (voir l’entretien qu’il donne dans la revue Esprit, 2006/12 : 121).

Jean-Loup Amselle soutient deux thèses :
1°/ [Principale] Le postcolonialisme en tant que discours de déconstruction de l’Occident et son grand récit du Progrès, de la Raison, de la Science, de l’Universel et de la Démocratie est le “ signe d’une véritable catastrophe intellectuelle puisque au lieu de raisonner en termes de réseaux traversant les cultures et les civilisations, ce qui permettrait d’abandonner la pernicieuse question de l’origine, le repli identitaire [sur la « patrie » africaine] nécessite la mise en branle d’une croisade de purification ethnique visant à séparer le bon grain de l’ivraie, ce qui est noir de ce qui ne l’est pas ” (p. IX). Bref, c’est la thèse du postcolonialisme comme piège identitaire.
Il va un peu plus loin avec les études subalternistes qu’il prend à la fois comme branche historiographique la plus importante et métonymie des études postcoloniales – pour certains auteurs du moins, précise-t-il (p. 133). Il stipule que les positions indigénistes ou indocentristes qui mettent l’accent sur une différence radicale entre l’Inde et la civilisation occidentale prône plus qu’une séparation avec l’Occident, l’effacement de la possibilité d’une communication interculturelle. Bref, c’est la thèse du postcolonialisme comme porteur d’identités meurtrières, pour reprendre les termes d’Amin Maalouf, prises dans une lutte pour la prééminence culturelle.
2°/ [Secondaire] Le postcolonialisme en tant que mouvement universitaire est une arme culturelle américaine (un outil de son softpower si l’on préfère) en vue de la promotion d’un multiculturalisme made in USA, à savoir “ l’universalisation de la différence ” sous la forme du libéralisme communautaire et de la discrimination positive qui “ ne prennent en compte que les particularités des individus et des groupes ” (p. 36). Cette thèse n’est que posée, elle ne reçoit pas de documentation. Continuer la lecture de L’Occident décroché – Compte-rendu