la pensée de Fethi Benslama

Nous vous proposons un long compte-rendu de plusieurs ouvrages de Fethi Benslama. Nous aurions pu le réduire. Il nous a paru judicieux malgré tout, au risque de lasser le lecteur ou la lectrice, de ne « pas trop » condenser cette pensée ample, faisant feu de tout bois, exprimée depuis un point de vue avec lequel peu d’entre nous sont familiarisés. Ne pas la déformer voire la caricaturer nous impose quelque longueur… Afin qu’elle ne soit pas langueur, nous vous proposons de picorer dans le texte comme bon vous semble, à partir des titres du plan détaillé ci-dessous :
Partie 1
De la radicalisation
La radicalisation comme menace
La radicalisation comme symptôme
Le surmusulman et son dépassement
L’invention de l’islamisme
Le surmusulman
Fatwa-folie : le sexe et le surmusulman
D’un dépassement du surmusulman : le miroir politique
Partie 2
Prologue… Qui est Fethi Benslama ?
À quel type d’ouvrage avons-nous à faire ?
La guerre des subjectivités en islam
La question du martyr
À propos du soulèvement tunisien
Une anthropologie psychanalytique de l’islam
Épilogue… Les invitations optimistes de Fethi Benslama


Continuer la lecture de la pensée de Fethi Benslama

Jean Birnbaum, Un silence religieux. La gauche face au djihadisme, Paris, Éditions du Seuil (coll. Essais), 2016 – Compte-rendu par Marie Fabre.

Birnbaum_silence-religieuxUn silence religieux se présente d’abord à travers son sous-titre « La gauche face au djihadisme », bien en vue sur la couverture du livre, comme une prise de position dont le but est clairement d’occuper le terrain du débat ou au moins d’y contribuer par un éclairage qui s’annonce polémique. En réalité, passée la couverture, on se trouve devant un véritable essai qui ne s’attache pas seulement à la situation actuelle. Cet essai a une thèse simple : il existe aujourd’hui au sein de la gauche, dans la manière de traiter le djihadisme, un déni ou un refoulement du religieux qui vient de loin. Ce n’est pas tant la religion en tant qu’institution qui intéresse ici Birnbaum, mais le religieux en tant que foi, espérance, qui se retranscrit aussi dans l’aspiration individuelle et collective à un idéal. Cependant, loin de s’arrêter à une enquête sur l’actualité, qu’il traite somme toute assez rapidement, il présente ce déni comme le résultat d’une longue tradition française. Birnbaum tente de retracer quelques épisodes de cette histoire en alternant l’analyse de certains moments-clé de l’histoire de la gauche française, comme la guerre d’Algérie, ou des analyses d’épisodes récents (l’affaire de la candidate voilée au NPA), avec des réflexions sur la révolution iranienne vue par Michel Foucault, la place de la religion chez Marx, dans un mouvement d’aller-retour constant entre analyse historique ou politique et philosophie, actualité et histoire du XXe siècle (et le livre se clôt d’ailleurs sur un chapitre comparatif entre djihadisme et brigadisme).
On voit déjà que le livre brasse large, avec un avantage : il propose une vraie réflexion sur le phénomène qu’il aborde en le réinsérant dans une histoire ; et quelques inconvénients : il passe évidemment très vite sur certains points, affrontés de manière superficielle ou univoque, d’autant plus que Birnbaum semble parfois préférer la formule facile, la plume du polémiste, à la précision du propos (voir les titres de chapitre à l’emporte-pièce, du type « Djihad partout, religion nulle part »). Continuer la lecture de Jean Birnbaum, Un silence religieux. La gauche face au djihadisme, Paris, Éditions du Seuil (coll. Essais), 2016 – Compte-rendu par Marie Fabre.

« Penser les révolutions arabes » – un dossier de la revue Astérion

Voici le texte de présentation du dossier sous la direction de Makram Abbès :

“ Les révolutions arabes de 2011 constituent l’un des événements majeurs du début du XXIe siècle, et le point de départ de changements importants dans les discours des sciences humaines et sociales consacrés au monde arabe et à l’Islam. Mobilisant plusieurs disciplines et compétences, ce dossier interroge l’identité de ce processus, scrute le statut des acteurs ayant émergé lors du début des soulèvements, et propose quelques interprétations d’ordre historique, sociologique ou philosophique. Les auteurs montrent, chacun à partir de sa perspective et des outils scientifiques mis en œuvre, que ce processus rentre légitimement dans la catégorie moderne et universelle de la « révolution », et qu’il n’est pas possible de le rabattre sur des formes secondaires de la contestation telles que l’émeute, la sédition ou l’insurrection. Certes, toutes ces catégories sont à la base du processus, mais ce dernier les dépasse pour épouser des dynamiques qu’on a pu observer et étudier à propos des grandes révolutions, française, américaine, anglaise ou autre. La confiscation actuelle de ce processus par la logique de la dissidence religieuse ne remet pas en cause cet aspect, ni ne compromet son approche dans ce sens. C’est pour cette raison que le dossier se penche aussi sur le problème théologico-politique tel qu’il a pu émerger après 2011, et qu’il tente de faire ressortir la complexité des liens entre politique et religion dont l’un des points de rencontre se situe justement au niveau de la question de la dissidence et de la révolution ”

Pour en savoir plus, cliquer sur le lien : http://www.openedition.org/78

Pierre-Jean Luizard, Le piège Daech. L’État islamique ou le retour de l’Histoire, Paris, La Découverte (coll. Cahiers libres), 2015 Compte-rendu par François Robert

Ce livre, petit par la taille, est une agréable surprise dans le monde éditorial traitant de la question. Jusqu’à présent, ceux qui interviennent dans le débat public pour parler de la situation au Moyen-Orient sont surtout des politistes (Jean-Pierre Filiu, François Burgat, Olivier Roy et Gilles Kepel). Les historiens restent, comme c’est souvent le cas, en dehors du débat d’événements relevant de l’histoire immédiate. Aussi, le travail de l’historien Pierre-Jean Luizard et les retombées de son livre sont-elles là pour montrer que les historiens devraient plus souvent intervenir pour apporter au débat des données factuelles et éviter le n’importe quoi de certains médias. Le choix de s’adresser au grand public et de sortir de la sphère universitaire est un pari réussi dans ce cas. L’absence de note en bas de page et de bibliographie peut choquer de prime abord les universitaires, mais elle n’altère en rien la rigueur de son analyse qui repose sur des études historiques précises et marque la volonté de s’adresser à un large public. Continuer la lecture de Pierre-Jean Luizard, Le piège Daech. L’État islamique ou le retour de l’Histoire, Paris, La Découverte (coll. Cahiers libres), 2015 Compte-rendu par François Robert

Terreur dans l’hexagone – Compte-rendu par Jean-Claude Zancarini

Gilles KEPEL, avec Antoine JARDIN, Terreur dans l’hexagone. Genèse du Djihad français, Paris, Gallimard, décembre 2015.

Ce livre se présente comme une histoire des dix ans qui séparent les émeutes de l’automne 2005 des attentats de 2015 (il fut écrit avant les attentats de novembre, sauf l’avant-propos). Il suit les événements de façon chronologique et tresse plusieurs fils d’analyse : les effets d’une nouvelle conception du djihadisme mondial (qu’il voit à l’œuvre dans l’Appel à la résistance islamique mondiale de Abu Musab al-Suri, 2005), les transformations dans l’islam de France, l’évolution des rapports qu’entretiennent les populations françaises de culture ou d’ascendance musulmane avec la politique. Terreur dans l’hexagone se présente comme un récit qui découle d’un programme de travail souvent résumé par l’auteur dans ses nombreuses interventions dans la presse et dont la plupart des propositions paraissent recevables (je cite ce « programme » tel qu’il a été énoncé dans Libération, 10 mars 2016) :

Le premier impératif est, pour la France, de prendre les études du monde arabe et de sa langue au sérieux […] c’est en lisant les textes, et en effectuant des enquêtes de terrain dans les langues locales que l’on peut mettre en perspective les événements des décennies écoulées, comprendre comment s’articulent les mutations du jihadisme, depuis le lancement américano-saoudien du jihad en Afghanistan contre l’URSS en 1979 jusqu’à la proclamation du « califat » de Daech à Mossoul en 2014, avec celles de l’islam en France, puis de France. Repérer les articulations, les charnières, comme cette année 2005 où Abu Musab al-Suri publie son « Appel à la résistance islamique mondiale » qui érige l’Europe, ventre mou de l’Occident, en cible par excellence du jihad universel, et où les grandes émeutes de l’automne dans les banlieues populaires permettent, à côté de la participation politique massive des enfants de l’immigration musulmane, l’émergence d’une minorité salafiste visible et agissante qui prône le « désaveu » d’avec les valeurs de l’Occident et l’allégeance exclusive aux oulémas saoudiens les plus rigoristes. Analyser les modes de passage de ce salafisme-là au jihadisme sanglant, qui traduit en acte les injonctions qui veulent que le sang des apostats, mécréants et autres juifs soit « licite ». Continuer la lecture de Terreur dans l’hexagone – Compte-rendu par Jean-Claude Zancarini