Joby Warrick, Sous le drapeau noir de Daesh

Le compte-rendu de ce livre paru aux éditions du Cherche midi (coll. Documents) en  2016 (traduction par Tancrède Muiras de Black Flags : The Rise of ISIS, éd. Doubleday, 2015) est effectué par François Robert.drapeau-noir

La complexité de la situation au Moyen-Orient nous désarçonne. En période de conflit, la communication est partie prenante des stratégies des acteurs, quels qu’ils soient. Difficile alors, pour des non spécialistes, de se frayer un chemin dans cette broussaille d’informations dont le spectre couvre toutes les facettes du possible (fiable/vraisemblable/inexacte/fausse). Le livre de Joby Warrick s’inscrit dans cette lignée informative qui, comme nous le verrons plus loin, n’est pas, elle non plus, exempte de critiques. Toutefois, il apporte à notre connaissance une multitude de faits qui rendent intelligibles ces conflits.
L’auteur, journaliste au Washington Post depuis 1996, est avant tout un spécialiste de l’environnement. Il a reçu avec d’autres journalistes le prix Pulitzer (1996) pour une série d’articles consacrés aux risques environnementaux et sanitaires de l’industrie porcine en Caroline du Nord. Il sera amené, par la suite, à couvrir les événements du Moyen-Orient touchant les thèmes du nucléaire iranien, des armes chimiques syriennes, du djihadisme, etc. De cette expérience, il avait déjà écrit un livre sur Al-Qaïda en 2011 (The triple agent : the al-Qaeda mole who infiltrated the CIA La taupe d’Al Qaïda qui a infiltré la CIA1).  Au cours de cette recherche, l’auteur raconte, dans un de ses nombreux interviews, qu’Al-Zarqaoui lui était apparu comme un des personnages principaux de la nébuleuse djihadiste. Aussi, dans ce livre, pour rendre intelligible le mouvement de Daesh, il revient sur la genèse de ce mouvement en centrant une partie de son analyse sur Zarqaoui. Avant d’en décrire l’histoire, je voudrais revenir sur la construction de son ouvrage. L’auteur a voulu l’écrire comme un roman, modèle d’écriture revendiqué pour aider les lecteurs à mieux comprendre une histoire complexe qu’il présente, dans son avant-propos, comme une pièce de théâtre avec les acteurs (protagonistes classés par pays) et une carte des principaux lieux d’action. S’il faut noter qu’aucun des acteurs, définis comme « clefs » pour circonscrire la vision qu’a l’auteur de Daesh, n’est issu des États du golfe persique, de la Turquie, d’Israël, de la Russie et de l’Iran, le point majeur qu’il faut avoir à l’esprit est que l’essentiel de son information provient des services de renseignements étasuniens et jordaniens. Le livre se divise en trois grandes parties qui s’articulent autour du parcours de Zarqaoui (I), de l’évolution de la guerre en Irak (II) et enfin de l’émergence de l’autre figure de Daesh, Abou Bakr Al-Baghdadi (III).lieux_actions

Le portrait que dresse l’auteur de Zarqaoui, considéré comme l’inspirateur de Daesh, s’opère à partir d’informations du service de renseignements jordanien, le Moukhabarat2 complétées par des entretiens avec deux de ses hauts responsables et la monographie de Jean-Charles Brisard, Zarqaoui, le nouveau visage d’Al-Qaïda, Paris, Fayard, 2005.
Abou Moussab Al-Zarqaoui (né Khalayla3 en 1966 à Zarqa, banlieue de la capitale jordanienne, Amman) est issu d’une famille ouvrière de 9 enfants. Pour l’éloigner de la délinquance durant son enfance, sa mère le pousse vers la religion. Il part en Afghanistan en 1989 et revient en 1993 auréolé d’une légende sur son engagement : “ Il repoussa à lui seul une colonne d’au moins 10 soldats afghans […] il était brave… ”. Ces départs volontaires pour combattre les communistes étaient parfaitement en phase avec la politique américaine, britannique et saoudienne de l’époque. Seulement, ces combattants ayant acquis une solide formation militaire sont, à leur retour, imprégnés d’un islam militant et se retrouvent en déphasage avec leur milieu d’origine. Zarqaoui et Al-Maqdisi (lui aussi ancien d’Afghanistan, imam très connu), avaient formé des groupes religieux à destination de ces vétérans d’Afghanistan particulièrement surveillés par les services de renseignements jordaniens. Au départ, ce sont des groupes d’études coraniques qui vont très vite se radicaliser en commettant d’abord des attentats contre des vendeurs d’alcools puis préparant des projets d’attaques contre des postes frontières israéliens. C’est dans ce cadre qu’il est arrêté avec Al-Maqdisi en 1994 et condamné à 15 ans de prison. L’auteur décrit le quotidien de son incarcération à la prison d’Al-Jafr (dans le sud désertique jordanien) où sont enfermés des anciens droits communs convertis et des volontaires arabes ayant combattu en Afghanistan dans les années 1980, qui vont former un noyau dur d’islamistes. Warrick dépeint ensuite les conditions de sa libération au printemps 1999 par le roi Abdallah, sacré roi après la mort de son père, le roi Hussein. Respectant la tradition de grâce et suite à de longues négociations avec les islamistes et les tribus de Transjordanie, il libère 2500 prisonniers dont Zarqaoui.
Peu de temps après sa libération, Zarqaoui part de nouveau en Afghanistan via le Pakistan et rencontre Ben Laden. Ce dernier, pour le tester, lui confie la direction d’un petit camp d’entraînement à Hérat (troisième ville d’Afghanistan proche de la frontière iranienne) destiné aux volontaires islamistes de Jordanie/Irak/Turquie. Après les attentats du 11 septembre 2001, les États-Unis bombardent le camp. Zarqaoui entame un long périple en Afghanistan, en Iran pour finalement trouver refuge en Irak dans la base d’Ansar Al-Islam située dans le Nord-Est, en zone kurde, et tenue par un groupe sunnite composé d’anciens d’Afghanistan. Pour les services de renseignements, Zarqaoui avait complètement disparu, mais il réapparaîtra lors du démantèlement d’un projet d’attentats sur les sites touristiques jordaniens en novembre 1999 dans lequel son nom est de nouveau mentionné. La surveillance des communications par la National Security Agency (NSA) s’accroît après l’assassinat en 2002 de Laurence Foley, membre de l’ambassade américaine à Amman. La NSA repère les commanditaires de l’assassinat dans les montagnes du Nord irakien, et une mission de la CIA au Nord Irak est chargée de la surveillance de la base d’Ansar Al-Islam qui, depuis l’expulsion d’Al-Qaïda d’Afghanistan, devient le plus important regroupement d’activistes islamistes.
Joby Warrick, pour conter la traque d’informations, s’appuie sur une série d’entretiens avec une analyste de la CIA, Nada Bakos. Cette dernière traite toutes les informations collectées par les services états-uniens concernant cette base et rédige des rapports réguliers sur la situation. Or, les politiques états-uniens ont d’autres préoccupations. Ils cherchent des liens entre Saddam Hussein et Ben Laden/Al-Qaïda et vont exercer une pression constante sur les agents de la CIA pour qu’ils établissent ce lien qui pourtant n’existe pas. Bakos avait rédigé un rapport qui montrait qu’il n’y avait pas de liens entre les deux. Malgré les notes alarmantes, Bush refuse de détruire la base en raison de la préparation de l’invasion en Irak en donnant comme argument que sa destruction saperait un des piliers du discours de Colin Powell à l’ONU sur l’existence de réseaux terroristes sur le sol irakien. Lors de son discours devant le Conseil de sécurité de l’ONU, Colin Powell défend le principe d’une guerre contre l’Irak (5 février 2003). Pour Bakos, Powell tout comme Dick Cheney présentaient publiquement comme un fait établi quelque chose qui était tout à fait contraire à la réalité : les liens entre Al-Qaïda et les dirigeants irakiens et la possession par l’Irak d’armes de destruction massive.
Finalement, en mars 2003, l’administration Bush autorise la destruction de la base Ansar Al-Islam mais il était déjà trop tard pour retrouver Zarqaoui déjà parti à Bagdad. Toutefois, les politiques américains, même après l’invasion de l’Irak, n’en démordent pas. L’auteur relate les pressions de la Maison-Blanche sur les agents (analystes) de la CIA pour qu’ils fassent la preuve de liens entre Saddam Hussein et Al-Qaïda. Cette pression sera constante tout au long de l’année 2003 et 2004. Nada Bakos raconte qu’elle interrogeait sans succès les dizaines de généraux et chefs de services de renseignements de Saddam Hussein prisonniers de l’armée américaine pour rechercher d’éventuelles attaches entre les deux. Un ancien haut responsable du renseignement lui expliquait que le régime laïc (sic) irakien persécutait et tuait les extrémistes musulmans. Les chefs d’Al-Qaïda détestaient tellement Saddam Hussein que la défiance était trop grande pour permettre une coopération. Warrick tout au long de son récit déconstruit habilement le mythe de Zarqaoui créé par l’administration Bush pour justifier l’invasion de l’Irak. Seulement voilà, le mythe devint réalité lors de la série d’attentats à l’été 2003, dont celui devant l’ambassade de Jordanie (17 morts) et contre un hôtel hébergeant la mission des Nations-Unies à Bagdad (20 morts) : “ En décidant de se servir de l’obscur Zarqaoui comme excuse pour ouvrir un nouveau front contre la terreur, la Maison blanche avait réussi à lancer la carrière d’un des plus grands terroriste du siècle ”, écrit Warrick. À partir de ce moment, les États-Unis reconnaissent qu’il s’agit d’attaques terroristes d’Al-Qaïda. L’enquête menée par les services de renseignements (FBI, NSA et CIA) pointe la responsabilité de Zarqaoui dans ces attentats. Le rapport que rédige Nada Bakos pour les responsables de la CIA et de la Maison-Blanche souligne la réalité cauchemardesque de la situation, ce qui contredit le récit officiel de la Maison-Blanche qui voulait que leur intervention ait engendré des progrès extraordinaires. Ces conclusions sont corroborées par celles du rapport de Gerry Meyer, chef-station de la CIA à Bagdad, qui décrit une situation dramatique sur le terrain (afflux de djihadistes pour combattre les Américains et soutenir cette insurrection armée, mort de 10 soldats états-uniens par semaine, etc.). L’Irak sombre dans le chaos après l’attentat du 2 mars 2004, jour de commémoration de Hussein Ibn Ali, petit fils de Mahomet, dans les villes de Karbala et Bagdad (bilan : 180 morts).
Les responsables de la CIA ont fait part de leur stupéfaction en constatant que rien n’avait été prévu pour diriger le pays après le renversement de Saddam Hussein. Les États-Unis n’avaient pas anticipé l’effondrement des autorités civiles en prenant la décision de dissoudre l’armée irakienne et d’exclure les membres du Parti Baas des postes de responsabilité alors que certains souverains les avaient prévenus (le roi Abdallah de Jordanie en particulier). Face au vide créé, les attentats se multiplient et l’armée états-unienne est incapable d’assurer le fonctionnement du pays et de rétablir la sécurité. Malgré les rapports alarmants, l’administration Bush, en pleine année électorale, se refusait à voir la réalité d’un pays s’enfonçant dans la guerre civile confessionnelle.
Si au moment de l’invasion, les États-Unis furent bien reçus, très vite ils suscitèrent l’hostilité même chez ceux qui au départ ne leur étaient pas défavorables. L’auteur cite plusieurs exemples, comme la fusillade par les soldats états-uniens (avril 2004) à Falloujah provoquant la mort de 17 manifestants ou encore le ressentiment des tribus sunnites dessaisies de leur pouvoir au profit des chiites – leurs chefs voulant parlementer se font insulter par les militaires, etc. Preuve d’une incompréhension totale de ce qu’est la société irakienne qui est avant tout une société tribale. Même le responsable des unités spéciales états-uniennes chargé d’éradiquer les cellules de combattants avoua qu’il ne comprenait rien à ce qui se passait en dehors des zones protégées.
Zarqaoui revendiquera, dans une lettre à Ben Laden (janvier 2004), tous les attentats commis (25) ainsi que la décapitation de l’américain Nick Berg en avril 2004. Berg (26 ans) était un entrepreneur un peu farfelu qui avait créé son entreprise de réparation d’équipements de communication et était en Irak pour trouver du travail. La diffusion de la vidéo saisit d’effroi le monde entier et, c’est à ce moment-là que Zarkaoui annonce la création d’une nouvelle organisation terroriste Al-Qaïda en Irak (AQI) ou Al-Tawhid wal-Jihad (Unité et Djihad) en mai 2004.
Les États-Unis, qui ne contrôlaient plus rien en dehors de leurs bases, cherchent, à partir de juin 2004, à se sortir de cette situation. Ils mettent d’abord en place un gouvernement irakien de transition en nommant un premier ministre par intérim, Iyad Allaoui, puis font appel à des négociateurs comme Robert Ford (diplomate parlant arabe qui sera par la suite ambassadeur en Syrie 2010-2014)) pour rencontrer/persuader des dirigeants (sunnites, chiites, kurdes) à les aider à pacifier la région et à guider les tribus vers une transition démocratique et à mettre en place un gouvernement d’unité nationale.

Les méthodes employées par l’organisation de Zarqaoui ne font visiblement pas l’unanimité au sein de la population. L’auteur, par exemple, décrit les zones « administrées » par celle-ci comme celle de Ramadi (à côté de Falloujah) où elle opère des réquisitions de logements, collecte par la force des taxes, impose un code moral strict, met en place de tribunaux, demande aux chefs tribaux de prêter serment d’allégeance, brave l’autorité traditionnelle des tribus ; et précise qu’il “ devint manifeste que les rebelles n’avaient ni les capacités ni l’envie de diriger quoi que ce soit ”. Cette vision contraste ici avec la description qu’en faisait Luizard (voir le compte-rendu sur ce blog), mais, comme on le verra plus loin, dans d’autres situations les dires de l’auteur recoupe l’analyse de Luizard. Constamment Warrick surdétermine le rôle de Zarqaoui comme s’il était tout seul. Cette personnification des événements fragilise son argumentation, ramène tout à une seule personne que l’on étudie au détriment d’autres éléments.
Après l’assassinat de Berg et la multiplication de vidéos d’exécutions, une fraction de plus en plus grandissante de musulmans réagit pour signifier leur rejet de cette idéologie. Dans une déclaration commune initiée par les principaux imams et responsables religieux jordaniens et signée par 200 savants islamiques de 50 pays, les chefs religieux dénoncent les tafkiristes4. Cette divergence de fonds recoupe celle qui existe entre Ben Laden (Al-Qaïda) et Zarqaoui (AQI), notamment sur l’utilisation de la violence aveugle, même si ce dernier fait allégeance à un Ben Laden très isolé. Malgré la traque de Zarqaoui, l’AQI multiplie les attentats en Jordanie (en septembre 2005 à Amman, 60 morts lors d’un mariage) et en Irak (en 2006 février contre la mosquée chiite d’Al-Askari à Samarra située au nord de Bagdad). Le premier provoque la fureur des Jordaniens contre Zarqaoui et la monarchie jordanienne accepte finalement de collaborer avec les États-Unis pour éliminer les cellules terroristes, tandis que le deuxième déclenche une nouvelle guerre confessionnelle très meurtrière (1300 morts en quelques jours). Finalement, après une longue traque, Zarqaoui est tué en juin 2006 à Bakouba (40 km au nord de Bagdad). L’auteur rapporte le récit de Nada Bakos sur cette traque high tech (surveillance par satellite, drone, etc.) qu’elle suivait sur écran comme dans une série américaine ! On ne peut que souligner le contraste entre une technique hyper sophistiquée et une incompréhension de la situation.

La troisième et dernière partie s’attache à décrire l’évolution de la situation au Moyen-Orient et la prise en main des organisations islamistes par Abou Bakr Al-Baghdadi. Tout d’abord Joby Warrick revient sur les élections en Irak fixées en janvier 2005, élections que nombre de diplomates états-uniens jugent prématurées car il n’y avait pas de sunnites. Ils demandent à la Maison-Blanche de les différer pour ne pas aggraver la situation. L’administration Bush refuse et les élections se déroulent avec un taux de participation extrêmement faible (2% dans la province d’Anbar). Ces élections ne changent rien. Au contraire, on assiste à une escalade de la violence qui culmine dans les années 2006-2007 : 2006 (3200 civils irakiens tués par attentat), 2007 (904 GI tués), etc. La désescalade qui va s’opérer ensuite est le fruit d’un ensemble d’actions concomitantes, qu’il s’agisse de la création de milices sunnites locales pour chasser les djihadistes de leurs villages, de la traque de l’AQI par des unités spéciales états-uniennes, de la destruction de bases terroristes et enfin de la liquidation des chefs du mouvement. C’est durant cette période que les États-Unis amorcent leur retrait (fin 2007), qui ne sera total qu’en décembre 2011. En 8 ans, l’intervention aura coûté plus de 2000 milliards de $ !morts-irak-2003-16

Après la mort de Zarqaoui (2006) et de Ben Laden (2011) le mouvement était en perte de vitesse et c’est la situation en Syrie qui va le relancer.
Le Printemps arabe (2011) ne s’étend à la Syrie qu’en mars. La répression sanglante des premières manifestations attise la colère des Syriens. Si l’auteur note que la colère était plus dirigée au départ contre la corruption que contre Bachar Al-Assad même, il oublie de préciser le contexte économique et le fort mécontentement de la population qui subissait la hausse des prix alimentaires après de longues années de sécheresse (2006-2010). Contrairement à l’Irak, les élites économiques et politiques faisaient bloc derrière Assad qui pouvait s’appuyer sur la minorité religieuse des Alaouites qui contrôle entre les divisions d’élite de l’armée et les services de sécurité. Très rapidement, les puissances occidentales en appellent à la démission d’Assad qu’elle considérait comme imminente. Le roi Abdallah de Jordanie était bien le seul à se rendre compte que la Syrie était en train de s’enfoncer dans la guerre civile. Alors qu’en Jordanie, le Printemps arabe s’essouffla très vite après le changement du Premier Ministre chargé de lutter contre la corruption et la mise en place de réformes politiques (élections locales/nationales), en Syrie, Assad choisit la répression. L’auteur souligne que si au départ, il y avait une absence de toute revendication islamiste visible au sein du mouvement syrien, au cours des mois qui suivirent de vrais takfiristes transformèrent la crise intérieure en une catastrophe internationale.
Le régime d’Assad, en dehors de la capitale et d’autres bastions du régime, ne maintenait plus l’ordre.
Les chefs de l’État islamique (EI) en Irak saisirent ce moment de faiblesse du régime pour s’installer en Syrie et créer la milice Jabhat Al-Nostra (Front de soutien au peuple de Syrie) qui n’avait rien à voir avec une quelconque volonté d’aider les Syriens : “ La Syrie n’aurait pas été suffisamment mûre pour nous s’il n’y avait pas eu la révolution syrienne. Elle nous a ouvert le chemin de cette terre bénie ” (interview à Al-Jazeera du chef d’Al-Nostra en Syrie). En fait, ce changement de stratégie émanait d’Abou Bakr Al-Baghdadi, le nouveau chef de l’EI en Irak. D’une personnalité diamétralement opposée à celle de Zarqaoui, Al-Baghdadi est un lettré issu d’une famille irakienne très pieuse, décrit comme un homme timide, discret. Né en 1971 à Samarra (Irak), il migre à Bagdad pour entreprendre des études de droit islamique et de théologie (licence en 1999). À la veille de l’intervention états-unienne, il était sur le point d’être nommé professeur de droit islamique et d’obtenir son doctorat. Sa participation aux manifestations anti-américaines lui vaudra d’être arrêté en janvier 2004 et transféré à la prison de Camp Bucca (à la frontière avec le Koweit). Cette ville-prison de 26 000 détenus vivant sous des tentes à plus de 60° degré était une véritable université djihadiste dans laquelle Baghdadi devint célèbre.
Après sa libération en décembre 2004, il entre dans le mouvement de Zarqaoui comme conseiller pour les affaires relatives à la charia. À la mort de Zarqaoui (2006), Al-Qaïada en Irak se réorganise et devient l’État islamique d’Irak (EI-I). Baghdadi obtient son doctorat en 2007 et prend par la suite la direction des affaires religieuses au sein de l’EI-I en 2010, devenant ainsi le n° 3 de la nouvelle organisation. À la mort des n° 1 et 2 (2010), il assure tout naturellement la direction de l’EI-I et lance l’année suivante ses émissaires en Syrie.guerre_ei-irak-syrie
Sur fond de mouvement de contestation permanent, les attentats gagnent la Syrie et au printemps 2012, ils visent les services de sécurité d’Assad (44 morts). L’EI-I annonce dans le même temps, et ce par vidéo, la création du Front Al-Nostra comme son bras armé en Syrie. Ne voulant pas être associée à ces attaques terroristes, la principale force d’opposition syrienne désavoua l’attentat spécifiant que l’Armée syrienne libre ne ferait jamais ça. L’intervention des pays du golfe persique change la nature du conflit. Par la diffusion de la répression d’Assad sur les chaînes arabes, ces pays en appellent à la mobilisation des sunnites pour soutenir les djihadistes. Le Koweit et le Qatar seront les principaux pourvoyeurs de fonds privés du mouvement : « Pour eux, le problème c’est Assad et les groupes comme Al-Nostra une réponse. (…) C’est pour ça qu’ils financent et arment Al-Nostra…» (entretien avec un haut-responsable d’un service de renseignements du Moyen-Orient). Le roi Abdallah avait prévenu les États-Unis, l’Europe et ses alliés arabes du risque d’un guerre civile qui allait embraser toute la région. En Jordanie, l’afflux de réfugiés (30 000 en juin 2012, 156 000 en juin 2013) engendre de graves difficultés économiques. Le roi de Jordanie demande alors de l’aide aux pays du Golfe qui veulent bien suspendre leurs financements à l’EI à la condition que la Jordanie serve de zone de transit à l’argent et aux armes destinés aux milices islamiques en Syrie. Abdallah refuse et malgré les pressions de plus en plus fortes, il ne cède pas.

syrie_situation-2015

Face à la dégradation de la situation en Syrie où les djihadistes forts d’une véritable petite armée contrôlaient des parties entières de la Syrie (Est et frontière turque), les États-Unis cherchent à mettre en place une opposition syrienne capable de combattre à la fois les islamistes et le gouvernement d’Assad. Mais Obama refuse le plan de la CIA qui consistait à soutenir militairement les rebelles modérés et ce malgré l’afflux d’argent et d’armes pour les islamistes en provenance de la Turquie et des pays du Golfe. Les États-Unis se sentent impuissants d’autant que la Russie bloque toute résolution sur la Syrie à l’ONU. L’auteur n’évoque jamais la position d’Israël, pourtant un observateur très vigilant de ce conflit qui n’accepterait jamais de voir la Syrie aux mains des milices à la solde d’un EI en pleine restructuration. En effet, Baghdadi de son côté continue la réorganisation de l’EI-I et annonce en avril 2013 la création de l’EI par suppression du Front Al-Nostra en Syrie (branche de l’EI en Irak) et de l’EI en Irak. Mais le chef d’Al-Nostra refuse de se plier à cette décision unilatérale (il sera assassiné l’année suivant) et demande la médiation du chef d’Al-Qaïda qui désapprouve cette décision. On retrouve ici les scissions anciennes entre Zarqaoui et Ben Laden. Baghdadi passe outre et dote l’EI d’un véritable gouvernement avec des ministères spécifiques : finances, logistique, réseaux sociaux, etc. Cette phase s’accompagne d’une recrudescence de la violence en Irak (massacres, attentats) avec des attaques sur des prisons pour libérer les détenus terroristes (2012 à Tikrit = 100 prisonniers ; 2013 à Abou Ghraib = 500) et de la prise de Raqqa en Syrie, qui devint la première ville entièrement contrôlée par l’EI (été 2013). Warrick décrit l’administration de la ville, l’application de la charia, les crucifixions, les exécutions quotidiennes, les enlèvements d’enfants pour des camps d’entraînements, etc. C’est au moment de cette poussée militaire de l’EI que se produit, en août 2013, le bombardement au gaz sarin d’un quartier de Damas tenu par l’opposition, dont la responsabilité est attribuée à Assad, qui fait entre 300 et 1700 morts selon les sources. Il faut toutefois signaler que les milices djihadistes possédaient, elles-aussi, des stocks de ce gaz mortel. Le congrès états-unien et le parlement britannique s’opposent à toute intervention mais parviennent à signer un accord avec la Russie sur le retrait de toutes les armes chimiques du territoire syrien. Cette non-intervention porte un coup rude pour l’opposition syrienne modérée complètement dépassée par les islamistes qui contrôlent désormais le quart de la Syrie ainsi que les points de passages avec l’Irak et la Turquie.

syrie

En Irak, l’EI passe à l’offensive au printemps 2014 dans sa partie occidentale et prend le contrôle d’un tiers du pays. Comment Warrick explique une telle rapidité ? En réalité, à partir de 2012, les relations des sunnites avec le gouvernement irakien commencèrent à se détériorer. Ils reprochaient au gouvernement de Nouri Al-Maliki (chiite) sa brutalité qui lui valut de s’être mis rapidement à dos les tribus sunnites. L’auteur prend l’exemple de la tribu des Dulaim (Ramadi, province d’Anbar) qui manifestèrent de façon constante à Falloujah à partir de décembre 2012. La répression qui s’ensuivit a engendré un véritable climat insurrectionnel et l’EI va les aider à prendre la ville. L’auteur souligne que les tribus avaient remis les clefs de la province d’Anbar à l’EI, mais la mesure était censée être provisoire. Ils affirmaient que l’EI leur fournissait simplement la puissance de feu supplémentaire dont ils avaient besoin pour affirmer une indépendance à laquelle ils aspiraient depuis longtemps et se libérer des abus du gouvernement central irakien. Nous retrouvons là les propos de Luizard sur l’alliance entre les tribus et l’EI. L’EI se saisit ici des opportunités de terrain pour accroître sa zone d’influence. Dans le même temps, l’EI préparait sa grande offensive qui débutera en juin 2014. Surarmés face à une armée irakienne sous-équipée, les islamistes prennent en un temps record Samarra puis Mossoul, la deuxième ville irakienne avec 2 millions d’habitants. Dans cette dernière, ils vidèrent les banques, les bases militaires de leur armement et libérèrent les prisonniers sunnites tout en exterminant les chiites (≈ 670).

Jobby Warrick termine son livre par un épilogue dans lequel il décrit la capture par l’EI d’un pilote jordanien en décembre 2014, pilote qui est brûlé vif dans une cage. La scène prise en vidéo provoque une forte réaction dans le monde et surtout de la part des autorités religieuses sunnites des pays arabes. Le grand imam de l’université d’Al-Azhar du Caire, Ahmed Al-Tayeb déclare que l’EI est, plus que non-islamique, aussi satanique. Cette fin se veut être un tournant, théologiquement parlant, qui pourrait apparaître comme une touche optimiste pour la suite des événements.

Réticent de prime abord face à un récit journalistique sur cette tragédie, on se laisse, au fil de la lecture, prendre par son récit. Ce livre se lit comme un vrai polar avec malheureusement des vrais acteurs. Toutefois, il n’est pas exempt de critiques, loin s’en faut. Il nous donne à lire une vision très états-unienne du conflit dans laquelle le monde du renseignement et des (non)stratégies militaires imprègne tout, où l’information/désinformation est de mise. Comment par exemple vérifier les dires du service de renseignements jordanien sur le gigantesque projet d’attentat à l’arme chimique en plein centre d’ Amman (qui plus est au siège du Moukhabarat ) qui aurait pu tuer plus de 80 000 personnes en avril 2004 ?
Cette vision états-unienne est en outre celle d’un monde technique hyper sophistiqué. L’histoire présentée se situe dans un monde interconnecté, sans frontière, dans lequel les distances sont écrasées, un monde de réseaux. Dans la construction de son livre, Joby Warrick n’hésite pas à décrire, d’un chapitre à l’autre, les événements dans d’autres pays (Jordanie notamment) pour bien souligner les interactions entre les acteurs et ne pas enfermer le conflit dans un seul espace. N’y-a-t-il pas ici un artifice d’écriture ? S’il a raison de raisonner sur un vaste espace (le Moyen-Orient), il le circonscrit à l’espace de ces sources. Il n’aborde pas dans son livre le côté économique de la guerre, les intérêts des pétroliers états-uniens qui vont « forcer » la main à l’administration Bush, la géopolitique économique qui nous permettraient de mieux comprendre les conflits en dehors des seules rivalités religieuses. Je pense par exemple aux différents projets gaziers de la Russie et des pays du golfe persique. Il évoque ces différentes dimensions dans ses interviews mais ne les détaille pas.
L’autre critique concerne la personnification des événements, centrés sur Zarqaoui dans un premier temps, puis sur Baghdadi, et c’est peut-être là le plus grand travers de son récit écrit comme un roman. Il cite l’exemple de la traque de Zarqaoui par drone suivi sur écran par Bakos. Finalement, il s’échappe et la CIA récupère des tas de documents dans sa voiture dont un ordinateur portable. L’auteur rapporte les propos d’un haut-responsable de la CIA sur la qualité des documents (des organigrammes) saisis qui ont, dit-il, la même précision que celles que peuvent nous transmettre nos commandements ! Comment expliquer qu’un individu dont on déclare quelques pages avant qu’il était presque illettré puisse produire de pareils documents ! En réalité, ces chefs n’agissent bien sûr pas seuls – et sont-ils même les uniques leaders ? – mais Warrick ne prend pas en compte dans son récit cette complexité. Quoi qu’il en soit, il ne peut pas tout intégrer s’il veut conserver sa trame romanesque. En lisant ses interviews, l’auteur montre qu’il est tout à fait conscient des critiques qui lui sont adressées et c’est gage, pour nous, d’un aveu honorable.

Notes :
1. Ce thème n’est autre que celui de la première saison de la série Homeland.
2. Service dépendant largement des États-Unis pour les technologies de surveillance et les frais de fonctionnement.
3. Grande tribu transjordanienne. La filiation tribale est très importante (plusieurs fois soulignée par l’auteur).
4. Les takfiristes considèrent chrétiens, juifs, polythéistes, mais aussi chiites ou musulmans appartenant à un autre courant de l’islam, comme des mécréants et donc susceptibles d’être mis à mort.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *