François Héran, Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir, Paris, Éditions La Découverte (coll. L’envers des faits), 2017

Compte rendu réalisé par François Robert.

Dans le débat politique, amplifié par la période électorale, la question de l’immigration a été encore au cœur des discours. Le nouveau ministre de l’Intérieur Gérard Collomb reprend le flambeau de ses prédécesseurs en voulant durcir la politique migratoire et propose à cet effet, en janvier 2018, une énième loi sur l’immigration et de droit d’asile. Preuve s’il en est que le livre de François Héran est d’une actualité brûlante. Il aborde ces questions, moins en tant que chercheur, bien qu’il ait publié deux autres livres sur ce thème1, mais comme directeur d’un établissement public, l’Institut national d’études démographiques (INED), dont une partie des chercheurs travaillent sur le thème des migrations. Cette position induit un point de vue spécifique et original.

François Héran

Le parcours de l’auteur l’explique en partie. Normalien (Ulm), agrégé de philosophie, il soutient une thèse en 1979 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en anthropologie sociale sur la parenté en Andalousie occidentale. Puis, il intègre l’INED avec une mise à disposition à l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) où il a en charge des enquêtes sur les conditions de vie des ménages (1980-1992) avant de prendre la direction de la division des Enquêtes nationales et études démographiques (1993-1998). Il assure, dès 1999, la direction de l’INED pendant une dizaine d’années. Ce parcours est atypique dans le sens où un philosophe accède, pour la première fois, à la tête d’un Établissement public à caractère scientifique qui était traditionnellement dirigé par des polytechniciens2. Sans vouloir déflorer le compte rendu, cette rupture déjà engagée avec son prédécesseur, lui aussi non polytechnicien, peut apparaître comme un des moteurs de la controverse entre démographes qui suinte tout au long de l’ouvrage.

Cet ouvrage de 327 pages, divisé en sept parties et vingt chapitres, s’articule autour de deux thèmes principaux. Le premier traite des politiques publiques en matière migratoire et le second revient sur les débats parfois très violents sur la question des migrations dans le monde politique mais aussi au sein de la communauté scientifique, en raison notamment des choix méthodologiques et politiques des chercheurs.

En introduction, il part du constat que la France est une terre d’accueil de migrants du monde entier depuis longtemps, mais cette migration s’est modifiée au cours du temps entre l’Europe et le Maghreb-Afrique avec respectivement une part de 66 % et 20 % en 1975 pour s’inverser en 2012, 37 % et 43 %. Depuis 2002, l’immigration légale extra-européenne tourne autour de 200 000 par an, et ce quelles que soient les alternances politiques. Globalement, le taux d’immigration en France (0,3 %) correspond à la moyenne européenne. Héran s’interroge sur la permanence de ces chiffres. Pour l’INSEE, le pourcentage d’immigrés (c’est-à-dire ceux vivant en France depuis au moins 1 an) s’élève à 10 % de la population. Si l’on considère les personnes nées en France de parents immigrés, ce taux cumulé avoisine les 22 %, ce qui signifie que « plus d’un habitant sur cinq est immigré ou enfant d’au moins un immigré ». Avant d’aborder la question des politiques publiques, il définit les concepts qu’il utilisera. Tout d’abord, il refuse de prendre en compte la théorie circulatoire propre aux Anglo-Saxons car elle fait fi du fait que les migrants s’installent. Héran préfère parler de migration de peuplement qui réunit les concepts de circulation et de peuplement. Au niveau lexicologique, il va même jusqu’à utiliser le concept de migrant de souche pour signifier qu’il fait souche dans leur pays d’accueil (histoire de tordre l’expression « Français de souche »).
La question des migrants ressurgit dans un contexte international tendu (résurgence du phénomène religieux, attentats, situation au Moyen-Orient), mais cette crise des migrants n’est pas démographique, elle est politique et morale. Il évoque des vagues migratoires antérieures beaucoup plus importantes que celles actuelles. Par exemple, pour les réfugiés syriens, la France en a accueilli 80 000 en 2015 (0,12 % de sa population totale), soit un taux très faible par rapport à l’Allemagne (970 000 soit 1,1 %), alors qu’en 1939 la France accueillit 700 000 républicains espagnols (soit 1,6 % de la population d’alors qui était de 42 millions) et un million de rapatriés d’Algérie en 1962 (2,1 %). L’auteur a raison de rappeler ces migrations historiques, mais encore faudrait-il préciser les conditions d’hébergement de ces migrants (parquer dans des camps et notamment celui de Rivesaltes qui a servi à ces deux vagues migratoires) et les réactions négatives qu’elles ont induites.

I – Les politiques publiques en matière migratoire

Sur les 14 dernières années où il y a eu stabilité des chiffres des migrants, neuf se déroulent sous l’autorité de Nicolas Sarkozy, d’où l’importance que l’auteur lui accorde et ce d’autant que Sarkozy a voulu incarner une rupture en matière migratoire. En effet, Sarkozy a eu la main sur les politiques migratoires pendant neuf ans comme ministre de l’Intérieur (2002-2004, 2005-2007) puis président de la République (2007-2012). La rupture annoncée a échoué et s’est heurté à la nature des flux migratoires. Pour asseoir son analyse, Héran s’appuie sur les deux livres-programmes de Sarkozy. Ce dernier imputait l’échec des politiques migratoires antérieures à trois erreurs commises par les gouvernements successifs : recrutement massif de travailleurs immigrés dans les années 1960, autorisation du regroupement familial en 1978 et impossibilité de débattre sur l’immigration ces 30 dernières années (Sarkozy met ici en accusation la pensée unique qui aurait été imposée par « 68 »). Pour Héran, ce programme est la négation de l’histoire, négation de la pluralité des mondes, avec un sous-entendu que cette situation serait voulue dès le départ par des esprits manichéens.

Héran prend l’exemple du regroupement familial présenté par Sarkozy comme une erreur de l’histoire, alors que c’est un droit reconnu internationalement (convention des Nations-Unies relative aux droits des enfants ratifiées par la France en 1990, directive européenne de 2003). Il note que Sarkozy mit de plus en plus en avant l’impératif d’intégration comme préalable au regroupement au lieu de considérer le regroupement, justement, comme un facteur de socialisation. De l’impératif d’intégration, Sarkozy glissa sur le choix des immigrés en opérant une distinction entre immigration choisie et subie. Toute une série de lois, six entre 2006-2011, vont chercher à refonder la politique migratoire (loi Sarkozy de 2006, Hortefeux de 2007 et Besson de 2011) : « Oui à la migration choisie, non à l’immigration subie » (slogan de campagne de 2005-2007). Derrière cette formule pointe déjà l’idée de l’identité nationale et le contrôle des flux migratoires pour dessiner la France du futur. Cette politique de la migration choisie était, à l’époque, pratiquée dans de nombreux pays.

La politique de l’immigration choisie sera un échec et interrompue en 2011 par Claude Guéant qui légitime son arrêt au nom de la lutte contre le chômage (« limitation de l’immigration de travail car on a suffisamment de chômeurs »). En réalité, cette argumentation reprenait le discours du FN qui exploitait la montée du chômage. Malgré toutes ces lois, le nombre de migrants non européens admis légalement en France reste stable (moyenne de 200 000) car tout simplement ils en ont le droit. C’est la logique du droit qui nourrit le plus gros de notre immigration et non pas la logique du marché politique ou économique. Les politiques migratoires obéissent en effet à des impératifs juridiques, tels les conventions internationales, les avis du Conseil d’État, de la cour de Cassation, sans compter le rôle sur le terrain de la police aux frontières, des préfets, des deux établissements publics que sont l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) et l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), des municipalités et du milieu associatif. Le dossier de Sangatte à Calais illustre parfaitement cette impuissance à trouver une solution durable malgré les déclarations très médiatiques de Sarkozy.

En fait, ces politiques s’inscrivent dans le temps long : lois Pasqua (1993, 1997), loi Debré (1997) et tous les deux ans sont votées des lois censées durcir les conditions d’entrée, lutter contre l’immigration illégale. La gauche n’a pas rompu avec la politique de Sarkozy. En dehors de la volonté d’inscrire dans la Constitution la déchéance de la nationalité qui provoqua un tel tollé que l’idée fut abandonnée, le gouvernement ne vota que deux lois (réforme du droit d’asile et instauration d’une carte de séjour de deux à quatre ans), sans pour autant abroger les trois lois votées antérieurement (2006, 2008, 2011). En 2012, Hollande s’abstient même de toute déclaration sur l’immigration alors que le sujet est particulièrement sensible (Calais, situation internationale). De même, une très grande partie de la gauche reste muette sur le sujet lors de la campagne présidentielle de 2016. Seul le FN en fait un axe de campagne, dénonçant des politiques migratoires suicidaires car elles mettent en péril l’identité de la France.

Héran cherche à démontrer en quelques pages qu’il y a un déni de réalité de la part du FN sur ce thème. Il discute les chiffres du programme du FN en insistant sur le côté illusoire d’un tel programme qui se propose de réduire l’immigration à 10 000 par an. Le plus inquiétant, dit-il, c’est qu’aucun leader politique n’a contesté ces chiffres. Héran n’apporte, à mon sens, pas grand-chose de neuf ici. En revanche, il est beaucoup plus percutant lorsqu’il déplore que l’ensemble de ces politiques migratoires, de Sarkozy à Valls, n’ont fait l’objet d’aucun bilan, souligne que le politique ne peut s’affranchir d’une réflexion critique et plaide pour une évaluation des politiques publiques migratoires (2008-2016).

Au cœur de l’analyse des politiques publiques, le chiffre. L’auteur, dans un court chapitre, « Gouverner par les nombres ? », montre que les données sur l’immigration en France et en Europe sont abondantes et ce, depuis le début des années 1990. Des lacunes ont été progressivement comblées. Malgré cela, presque 60 % des citoyens interrogés (enquête de 2016) n’ont pas ou peu confiance dans ces chiffres. Ce n’est pas propre aux chiffres de l’immigration, il en va ainsi des chiffres du chômage, de la délinquance. La méfiance s’exerce en réalité plus envers l’Autorité publique en géénnéral (sa légitimité) et les usages politiques des chiffres (notamment dans les médias), qu’à l’endroit de la statistique publique produite par les institutions tels l’INSEE et l’INED. Il souligne que le public ignore souvent la bataille qu’on dut mener ces instituts pour s’affranchir du politique et produire une statistique de qualité. Afin de déconstruire la défiance envers la statistique migratoire, l’auteur énumère les onze griefs les plus fréquents adressés aux chiffres de l’immigration et notamment certaines fausses assertions qu’il juge outrancières, comme l’absence de chiffre sur le nombre de musulmans en France ou dans les prisons, alors que les verrous juridiques sur la statistique ethnique ont été progressivement levés depuis le début des années 1990.

Pour lui, les chercheurs et statisticiens fonctionnaires se sont efforcés de faire progresser les connaissances sur ces sujets sensibles et ce depuis le début des années 90. Héran précise qu’au niveau de la collecte des données, seules les enquêtes de recherche peuvent bénéficier de dérogations, sous certaines conditions, accordées par la Commission nationale informatique et libertés (CNIL), alors qu’elles ne sont jamais accordées pour les fichiers de gestion (locataires, clients, etc.). Il déplore l’ignorance des politiques, l’inertie des médias et un déficit de communication des instituts en question sur ces questions-là. Ces manques participent au défaut de discernement face aux chiffres utilisés dans le débat public. L’auteur plaide pour les utiliser comme un outil d’émancipation et de compréhension des phénomènes les plus divers. Après les attentats de novembre 2015, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) lança un appel à projet « Attentats-recherches » qui reçut plus de 200 projets dont 83 % en sciences humaines et sociales. Il insiste en soulignant que « les travaux en sciences sociales ne sont ni libertariens, ni déterministes, mais probabilistes avec une conscience aiguë du poids des inégalités ». En revanche, il insiste sur ce point que l’activité statistique doit se soumettre à la discussion publique sur les enjeux sociaux, politiques, éthiques qu’elle soulève. En clair, il ne faut pas fuir le débat.

II – La controverse sur les questions migratoires

Oui, mais voilà, le débat se transforme vite en querelle entre experts et conflits entre les politiques. Mais, avant de relater les faits, Héran consacre un chapitre à son expérience personnelle, ce qui n’est pas banal, et professionnelle, partagée entre la recherche publique (INED) et la statistique publique (INSEE). Pour se légitimer, il retourne à son profit l’argument de disqualification au sujet de la résidence (un chercheur « bobo », habitant les beaux quartiers), pour préciser qu’il habite actuellement dans une banlieue parisienne à très forte mixité sociale. Il spécifie aussi qu’il a vécu à 6 ans à l’étranger, en Espagne (1976-79 à la Casa Velasquez), Bolivie (1980), et Pays-Bas, expérience, dit-il, qui pourrait faire de moi, « techniquement, un émigré pour la France et un immigré pour le pays d’accueil » (sic !). Lorsque l’on sait qu’il était élève normalien à la Casa Vélasquez, en plein centre de Madrid, l’argumentation est pour le moins étrange.

En tant que directeur de l’INED, il est au cœur de la construction du chiffre sur les migrations et de ce fait sera solliciter par les politiques. En effet, l’INED, en collaboration avec l’INSEE, a des programmes de recherche spécifiques sur ces questions : l’enquête MGIS (mobilité géographique et insertion sociale) en 1992 qui fut la 1ère enquête qui distinguait étrangers/immigrés et l’enquête TeO (Trajectoires et origines) en 2008-2009. Il souligne qu’à la direction de l’INED, il n’a jamais eu de pressions quelconques pour modifier tel ou tel chiffre, soulignant ainsi l’indépendance de l’INED mais aussi celle de l’INSEE.

En revanche, il a été consulté par l’administration centrale ou auditionné par des groupes ou commissions parlementaires comme directeur de l’INED. C’était son rôle de les tenir informés. Il a toujours plaidé le recul critique sur la longue durée pour évaluer les dispositifs tant en France qu’à l’étranger. Mais les politiques ne tinrent pas compte de ses expertises, aussi publia-t-il Le temps des immigrés (2007), petit livre qui examine les politiques de quotas migratoires mis en place dans divers pays (Canada, Italie, Espagne) et interroge l’évolution démographique de la France sur une quarantaine d’années. In fine, ce livre était une critique de la loi de 2006 sur l’immigration choisie.

Hervé Le Bras

L’élection de Sarkozy marque un tournant pour l’INED qui se trouve prise dans la tourmente. Le gouvernement de Sarkozy essaya de faire passer l’INED sous la tutelle du ministère de l’Immigration et d’imposer une nouvelle direction (c’était la fin de son mandat), sans succès. Il lui était reproché de minimiser le poids de l’immigration et surtout de critiquer l’immigration choisie. Puis Héran subit de virulentes attaques de l’extrême droite (qu’il nomme « ultradroite ») et de la gauche, en la personne d’Hervé Le Bras3. La polémique avec Hervé Le Bras qui eut un important retentissement dans le monde de la recherche, Héran l’évacue en trois pages, ce qui, à mon sens, la simplifie considérablement. Il ne cite même pas le livre de Le Bras publié en 1998, Le démon des origines. Démographie et extrême droite, dans lequel ce dernier dissèque et discute le raisonnement de chercheurs de l’Ined travaillant sur l’immigration. Le Bras leur reproche, outre le fait, pour certains, d’être très proches de l’extrême droite, d’ethniciser les projections de populations en séparant les Français de souche des personnes issues de la population étrangère en attribuant à ces dernières un marquage fixe, excluant toute modification de statut (un étranger restera toujours un étranger en termes d’unité statistique). Cette joute « sanglante » dans le milieu de la recherche montre le poids du politique dans la recherche scientifique qui ne peut être neutre et il est illusoire de croire que le chercheur s’efface devant la science. Je pense qu’il s’agit là du cœur de l’ouvrage, la raison pour laquelle il l’a écrit.

L’auteur poursuit en s’attaquant à quatre figures, scientifique (Jacques Dupâquier), journalistique (Éric Zemmour), politique (famille Le Pen) et littéraire (Alain Finkielkraut), qui ont toutes en commun une certaine phobie de l’envahissement de la France par l’étranger.

Tout d’abord, Jacques Dupâquier, directeur étude à l’EHESS, historien des populations et de la démographie, avec lequel Héran va polémiquer au sujet de la nouvelle manière de recenser la population4. En réalité, l’opposition de Dupâquier à cette méthode novatrice, pour Héran, cache ses motivations profondes, à savoir la préservation de la France des éléments allogènes venus du Sud dont les fonctionnaires aux ordres du politiquement correct en dissimuleraient sciemment le nombre. Indépendamment de la personnalité de Dupâquier dont il loue les qualités d’historien, l’auteur montre que cette nouvelle approche statistique a permis de mesurer précisément le solde migratoire, alors que c’était un des trous noirs de la démographie. Héran pense que cette nouvelle façon de recenser permet de déconflictualiser le débat sur les migrations. Ainsi, en 2015, l’INSEE proposa une estimation issue de ces enquêtes annuelles :

235 000 immigrés installés / 95 000 en sont sortis = solde de + 140 000.
200 000 français se sont expatriés / 77 000 sont revenus = solde de – 123 000.
20 000 entrées de français nés à l’étranger et 7 000 départs = solde de + 13 000.

Soit un excédent migratoire d’environ 30 000 personnes : on est loin de l’idée d’« envahissement » ou de « submersion » par les « vagues » migratoires, ou d’une France qui accueillerait toute la misère du monde.

Ensuite, l’auteur bataille contre l’obscurantisme et le populisme statistique d’Éric Zemmour dans un long chapitre. Pourquoi Héran s’escrime t-il à vouloir expliquer les erreurs de Zemmour ? L’initiative d’Héran se comprend dans le sens où Zemmour anime des émissions ayant beaucoup d’audience. Doutons toutefois que ceux qui l’écoutent lisent sa réponse, il ne s’agit pas, a priori, du même public. Par pédagogie, pour déconstruire son argumentaire, Héran s’en prend à ce que Zemmour brandit comme un tabou français, celui sur la part de l’immigration en prison.
C’est en 1999 que la 1ère enquête démographique est menée dans les prisons. Elle s’inscrit dans le cadre de l’enquête « Famille » associée au recensement de 1999, pilotée par Héran lui-même. Le questionnaire est étendu aux prisons, avec l’accord de la CNIL, et administré auprès de 1720 détenus dans une trentaine de maisons d’arrêt et centres de détention. Avec un taux de réponse de 88,5 %, il a été possible de quantifier la part des immigrés dans la population carcérale. Les trois résultats majeurs sont :

1. les hommes nés à l’étranger sont 2 fois plus nombreux dans les prisons par rapport à la part qu’il représente dans l’ensemble de la population française.
2. la part des immigrés dans la population carcérale varie selon le pays d’origine :
a. Ceux venus de l’Europe de l’Est sont 3,3 fois surreprésentés.
b. Ceux venus du Maghreb sont 3 fois surreprésentés.
c. Les Subsahariens sont 2,7 fois surreprésentés.
d. Les ressortissants de l’Union européenne sont 1,4 fois surreprésentés.
3. Ce type de clivage natif/immigré dans la population carcérale est un phénomène général en Europe.

L’auteur précise que si la nationalité est un facteur important, il est du même ordre que d’autres facteurs pour expliquer les caractéristiques de la population carcérale. Pour asseoir sa démonstration, il prend le décrochage scolaire qui participe aux mêmes mécanismes d’exclusion. Aujourd’hui, cette enquête sur la prison date et n’a toujours pas été renouvelée, ce qui laisse le champ libre à ceux qui pensent que la statistique publique à quelque chose à cacher. À qui l’imputer ? Héran pointe les problèmes budgétaires et de personnel, mais surtout le manque de coopération entre le ministère de la Justice et la statistique publique. Sa non-reconduction entraîne une opacité sur un problème qui devrait être transparent pour permettre aux pouvoirs publics d’identifier les facteurs pour tenter de réduire leur impact. À cela s’ajoutent les modifications de la législation sur les étrangers qui perturbent les statistiques, comme l’abolition en 2012 du délit d’étranger en situation irrégulière (décret-loi Daladier de mai 1938) qui représentait plus de 500 condamnations par an (dont 200 assorties de prison ferme), ou la pénalisation de la vente à la sauvette à partir de 2011 qui touche 64 % des étrangers.

Puis, Héran passe rapidement sur les contresens systématiques du Front national à propos de ces questions pour terminer sur le livre de Finkielkraut L’identité malheureuse : le changement n’est plus ce qui l’était (2013). Ce dernier reprend la théorie du grand remplacement de Renaud Camus encensée par l’extrême droite. Finkielkraut a la hantise de la submersion par le nombre et par l’autre, dont la faute incombe à ses yeux aux professionnels de la statistique et aux organismes internationaux qui comptent les migrants sans se demander s’ils sont de trop. Ignorant donc que ce n’est pas leur rôle ! Dans la même veine sur la submersion, on retrouve les écrits de Michèle Tribalat (INED), notamment dans son livre Assimilation. La fin du modèle français (2013), réédité en 2017 avec le titre racoleur : Assimilation, la fin du modèle français : pourquoi l’islam change la donne. Si Héran souligne qu’il ne partage pas ses idées, il ne s’étend pas. Pourtant, Tribalat a eu une position importante au sein de l’Ined sur ces questions migratoires, ayant notamment eu en charge l’enquête MGIS, et la direction du livre : Cent ans d’immigration, étrangers d’hier, Français d’aujourd’hui.

Ces différents livres que Héran éreintent plus ou moins ne sont que la face cachée de ce qui s’écrit et se pense en la matière. Il décrit de façon très séduisante les débats sur l’immigration dans la blogosphère, là où la parole se libère.
L’auteur n’hésite pas à entrer dans cette web-arène en s’efforçant, dit-il, de « relever le niveau ». Il commence par décrire, sous forme d’un empilement, ce qu’est la blogosphère « ultra ». Tout d’abord, à l’étage supérieur, les grandes figures (Éric Zemmour, Gilles-William Goldnadel), puis le peuple des blogueurs avec les internautes actifs, et au sous-sol, les haineux : « si vous voulez garder foi en l’homme, ne vous aventurez pas trop dans cet enfer ». Son analyse des débats prend appuie sur la théorie de Godwin (1990) : « Plus une discussion sur internet se prolonge, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Hitler s’approche de 1 » : le « point Goldwin » désigne le moment où l’un des protagonistes bascule dans la tentation de l’amalgame hitlérien, clôturant ainsi la discussion. Simplement, il la prolonge en rajoutant d’autres références de disqualification : années sombres de notre histoire, Munich, occupation, collaboration, bête immonde, solution finale, SS, Gestapo, etc. mais aussi le jugement de folie. Il souligne d’ailleurs que de tous les sujets sensibles « débattus », c’est celui sur les politiques migratoires qui attirent le plus de jugements de folie assénés aux propositions ou opinions délivrées à ce propos.
L’auteur propose un antidote, la délibération, en soulignant que si la démocratie est représentative, elle est aussi délibérative. Il précise que la phase délibérative doit offrir les lieux et le temps nécessaire pour explorer les conflits de valeurs entre citoyens. On peut se poser la question de savoir où se trouvent ces lieux de débats, hormis lors d’événements ponctuels (élection, mouvements sociaux par exemple). Même au sein du milieu académique, est-ce que l’on débat vraiment de ces questions ?

Dans un dernier chapitre, l’auteur s’attelle à démontrer que le débat assimilation/intégration est surfait et l’explique en reprenant son travail sur le vocabulaire utilisé pour parler d’une somme de textes. Jusqu’aux années 1980, le terme « assimilation » des étrangers ou des immigrés était confiné dans des textes techniques (plus important dans les années 1950 que 1930). Ensuite, ce sont les expressions liées à l’intégration qui prennent le pas. Certaines, comme Michèle Tribalat, déplorent la fin du modèle français d’assimilation. Il pose la question : Est-il raisonnable d’imposer l’assimilation comme une condition préalable au séjour, alors qu’elle est le fruit d’une socialisation progressive et durable ? Pour lui, le facteur temps est essentiel. C’est un lent processus. Elle ne se décrète pas, elle s’observe au fil du temps. Il insiste : « si nous voulons préserver le caractère démocratique de notre modèle républicain, il nous faut admettre que les trajectoires des immigrés dans la société française peuvent suivre des modèles variés » ou encore « l’intégration a besoin de temps ». Les enquêtes longitudinales sur l’insertion et l’intégration des migrants attestent le rôle crucial de la durée de séjour. Ce chapitre est un plaidoyer pour que notre société reconnaisse que l’immigration est une question de droit tout simplement. Héran le répète plusieurs fois dans son ouvrage.

C’est un argument fort «  Nous n’avons pas à être pour ou contre l’immigration… Elle fait partie du paysage ordinaire ». Ni pour, ni contre l’immigration. Avec elle tout simplement. Il donne à cet égard une grande leçon d’humanité, de pondération du jugement et met l’apport des sciences humaines et sociales à sa juste place. Ni pour ni contre. Sa formation de philosophe explique cette volonté de toujours débattre, même si au fil de la lecture, on a parfois l’impression que l’on ne sait plus, tout simplement, pour qui il a écrit ce livre.

Bibliographie sélective

Hervé Le Bras
Marianne et les Lapins : L’Obsession démographique, Olivier Orban, 1991. Il dénonçait déjà la persistance de l’angoisse démographique en France et de ses avatars (crainte d’une invasion arabe, russe, roumaine, et.). Il soulignait l’idéologie nataliste de l’INED avec la construction d’indice sur la fécondité : « La peur d’une faible fécondité, et du déclin, a accentué la peur de l’étranger. Pour certains, le déclin démographique […] voulait dire qu’on allait être envahi » (p. 59). Dans la continuité, Le Bras publia, quelques années plus tard, un ouvrage montrant les points de jonction idéologique entre certains démographes et l’extrême-droite. Michèle Tribalat, peu citée dans le livre de François Héran, tient une place de choix dans la controverse. Voir Le Démon des origines : Démographie et Extrême Droite, Éditions de l’Aube, 1998.
Hervé Le bras participera aux travaux et à l’ouvrage du CARSED, Le Retour de la race : Contre les « statistiques ethniques », Éditions de l’Aube, 2009. Livre écrit par les membres de la Commission alternative de réflexion sur les « statistiques ethniques » et les discriminations (CARSED), qui sont issus de toutes les disciplines des sciences sociales (anthropologie, droit, démographie, sociologie, histoire, etc.). La CARSED s’est constituée en réponse à la création du Comité pour la mesure et l’évaluation des discriminations et de la diversité (COMEDD) qui ne comportait qu’une minorité de scientifiques.

Pour connaître le point de vue de la démographe Michèle Tribalat voir son dernier livre Statistiques ethniques, une querelle bien française, L’Artilleur, 2016, dans lequel elle revient sur le conflit qui l’a opposé à Hervé Le Bras.
Voir en particulier le schéma ci-après par lequel elle propose une catégorisation des différentes populations à bien des égards traversée par une idéologie identitaire figeant les frontières, par exemple entre Français dit « de souche » et « Nouveaux Français ». Publié (p. 8) dans Michèle Tribalat (dir.), Cent ans d’immigration, étrangers d’hier, Français d’aujourd’hui. Apport démographique, dynamique familiale et économique de l’immigration étrangère, Presses universitaires de France/Institut national d’études démographiques, 1991.

  1. Le Temps des immigrés. Essai sur le destin de la population française, Paris, Seuil, 2007 et Parlons immigration en trente questions, Paris, La Documentation française, 2012. []
  2. Directions de l’INED : Jean Bourgeois-Pichat (1962-1972, promo X 1933), Gérard Calot (1972-1992, promo X 1954), Jacques Magaud (1992-1995, promo X 1960). L’École Polytechnique est surnommée l’« X ». []
  3. Hervé Le Bras (X 1963) est démographe, chercheur à l’INED. Il dénonça dans de nombreux ouvrages les dérives natalistes de l’Ined et les accointances de certains chercheurs de l’INED avec l’extrême-droite. Il s’opposa aussi aux statistiques ethniques promues par l’INED. []
  4. Entre 1997 et 2004, l’INSEE remplaça le recensement exhaustif tous les 8-9 ans par une enquête annuelle tournante qui repose sur un tirage aléatoire annuel de 8 millions de personnes. L’apport majeur pour les migrations est la possibilité d’effectuer des calculs annuels des entrées et sorties, à la différence des estimations établies entre deux recensements jusque-là. Ce mode de recensement continue encore aujourd’hui. []

Une réflexion sur « François Héran, Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir, Paris, Éditions La Découverte (coll. L’envers des faits), 2017 »

  1. Bonsoir,
    Votre article s’intéresse plus à l’orientation idéologique des démographes mais pas tellement à leur probité scientifique. La question est ici de de savoir si leur méthode de travail est la bonne. En ce qui concerne François Héran pour la démographe Tribalat dont vous n’avez pas cité l’article, les estimations dans son livre sont approximatives. Ensuite en ce qui concerne Hervé Le Bras vous évoquez les attaques de ce dernier sans en préciser la nature. Or Le Bras comme d’habitude traite ses contradicteurs de racistes et il fit cela avec Héran dans le but d’empêcher la réalisation de l’enquête Trajectoires et origines de 2008 sans succès. En ce qui concerne le soit-disant dérives natalistes de l’Ined de quoi parle-t-on ? S’il s’agit de la « construction d’indice sur la fécondité’ sachiez que c’est un indice qui est utilisé par quasiment tous les organismes démographiques national et international. J’ai l’impréssion que vous vous intéressez très peu à la probité scientifique des démographes mais que vous les mettez en avant sur la base de leur idéologie. Le Bras par exemple est pour la suppression des allocations familiales sauf pour les familles immigrées. Voici l’article de Tribalat sur le livre de Héran pour en savoir plus http://www.micheletribalat.fr/434831497

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *