Les réseaux du livre islamique

Soraya EL ALAOUI
Les réseaux du livre islamique. Parcours parisien.
Paris, CNRS Éditions (coll. Connaissance du Monde arabe), 2006 – Compte rendu par laurent dartigues

Ce livre déroge à ce que nous proposons habituellement au sien de notre Atelier de lecture. Nous privilégions en effet des ouvrages récents qui « font » l’actualité. Dans le cas présent, il s’agit d’un livre paru en 2006 – issu d’une thèse soutenue en 1998 – qui plus est largement passé « sous-le-radar ». Le choix s’est effectué sur la base de l’originalité du thème, en se disant : « il y a là peut-être des choses intéressantes à glaner » par le biais d’un « petit sujet » parfaitement méconnu de notre part et eu égard à notre préoccupation de « Réfléchir après… » L’ouvrage semblait en outre offrir quelque garantie de qualité, d’autant plus qu’il s’appuyait sur un long terrain d’enquête, entre 1990 et 1997, dans trois quartiers parisiens. La thèse fut de plus soutenue à l’École des hautes études en sciences sociales sous la direction de l’historienne réputée Lucette Valensi, et publiée aux éditions du CNRS. Et s’il est certes passé sous les radars, il bénéficie néanmoins d’un compte rendu élogieux écrit par un professeur de littérature arabe à l’université de Lyon 2, Yves Gonzales Quijano : il loue ce travail original par son objet et riche par la qualité de son information.

Et là, les bras m’en tombent, la tête vacille entre consternation et interrogation. Cela questionnerait notamment sur les conditions de réalisation de la thèse (disponibilité de la doctorante et de la directrice). Globalement, le « produit » n’est pas du tout conceptualisé, reste confus et peu fouillé. À titre d’exemple, et en écho ironique à l’appréciation de Quijano quant à la qualité de l’information, on peut s’étonner que nulle prosopographie d’ensemble des libraires ou des éditeurs locaux et nulle cartographie des réseaux « du livre » n’accompagnent l’ouvrage, sans compter le peu de clarté des statistiques descriptives concernant la sociologie des quartiers enquêtés. Et passons sur la bibliographie réduite et l’absence d’index qui sont des outils que des éditeurs scientifiques un tant soit peu sérieux doivent exiger.

Mais d’abord, un mot très bref sur un ouvrage qui se présente comme une sociologie historique des réseaux de production, de distribution et de consommation des livres islamiques à Paris. L’auteure s’évertue, d’une part, à localiser les librairies islamiques – La Goutte d’Or dans le XVIIIe et la Folie-Méricourt dans le XIe – et à repérer les autres espaces de vente des livres islamiques (trottoirs, Foire du livre islamique, institutions islamiques), d’autre part, à caractériser les produits (des livres mais aussi des objets) écoulés par ces librairies, enfin, à identifier et caractériser les lieux de production que sont les éditions libanaises et des éditeurs « locaux ».
C’est en réalité une thèse sans thèse, parce qu’on ne peut appeler ainsi les deux propositions explicatives de l’essor de la diffusion et consommation de livres islamiques à partir des années 1980 qu’elle avance, en passant, sans jamais les éprouver. Selon El Alaoui, il révèle une manière de retrouver une dignité ébranlée par une situation économique et politique déliquescente, il est l’indice de la place montante de l’islam en France liée à la sédentarisation des populations musulmanes, due à la loi de 1974 bloquant l’immigration de main d’œuvre, qui se sont stabilisées par le biais du regroupement familial.

Ceci dit, il y a des moments de franche hilarité, El Alaoui passant à côté de ce qui pourrait avoir un intérêt avec une grande constance.
Je pense notamment au paragraphe où elle étudie les circuits du livre islamique que forment trois institutions, l’Institut européen des sciences humaines (IESH) créé en 1992 par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), l’Institut d’études supérieures de formation religieuse et théologique créé en 1993 par la Mosquée de Paris, l’Université islamique de France créée aussi en 1993 et « émanation » de la Ligue mondiale islamique. On a l’impression que sa présentation reproduit les plaquettes publicitaires de présentation des projets. Ainsi, l’IESH, installé en Nièvre, à côté de Château-Chinon, à Saint-Léger-de-Fougeret – et non de Four-geret comme c’est écrit – a “ le privilège de se trouver au beau milieu d’un axe traversant la France du NO au SE bénéficiant ainsi d’une zone d’influence comprenant les régions suivantes : Nord-Pas de Calais, Picardie, Haute-Normandie-Île-de-France, Province-Alpes-Côte d’azur, régions à forte concentration d’immigrés ” (§72 du chap. 2). Château-Chinon… Mitterrand… « sciences humaines »… alors que l’objectif est de former des imams et des cadres pour aider les musulmans à vivre « en harmonie avec la société d’accueil » précise l’auteure, autant de choses qui ne l’émeuvent pas1. Tout juste nous apprend-elle en note de bas de page que les Renseignements généraux avait émis un avis défavorable à cette création, trois islamistes notoires faisant partie du conseil scientifique, et que la rumeur insinue qu’un contrat d’armement fut négocié entre Riyad et Paris à cette occasion. Un ange aux ailes truffées de plomb passe… Ces trois institutions fondées peu ou prou en même temps mériteraient pourtant une analyse en termes géopolitiques susceptibles de donner une autre consistance à l’idée de « réseau ».
D’autant que l’Institut européen des sciences humaines et l’Université islamique de France sont tous deux financés par l’Arabie Saoudite, directement ou via la Ligue mondiale islamique dont l’auteure rappelle que, née en 1962 au cœur de la rivalité entre le wahhabisme et le nassérisme, elle est dominée par l’Arabie Saoudite. Les travaux dont nous avons parlé dans ce carnet de recherche – ceux sur le blasphème de Colosimo et Saint-Victor, celui sur les « caricatures » de Mahomet de Favret-Saada (à venir) – invitent, à bonne distance de toute paranoïa excessive, à ne pas demeurer naïfs quant aux finalités de ce soft power d’ampleur internationale. Ce serait assurément une hypothèse à explorer si l’on considère ce que Soraya El Alaoui décrit à propos des livres vendus dans les librairies islamiques. On trouve en effet d’un côté la turâth (le patrimoine islamique) réactualisée sous forme d’extraits ou de résumés le plus souvent traduits – ce qu’elle appelle l’« islam catéchisé », évoquant en particulier les meilleures ventes que sont La voie du musulman ou Le licite et l’illicite en Islam et dont le but est “ d’inculquer par leur écrits, à la jeunesse musulmane, une confiance totale en la suprématie du système islamique sur tout autre système ” (chap. 2, § 90) ; et d’un autre côté, ce qu’elle nomme l’« islam thématisé » qui traite essentiellement de la femme, de la mort, de médecine et d’économie. Et cette hypothèse n’est peut-être pas incompatible avec l’hypothèse, qu’elle n’analyse pas mais ne fait que mentionner, à savoir le rôle majeur du libraire dans le choix des clients.

Une des faiblesses majeures de l’ouvrage réside dans ce que j’appellerais des « essentialisations silencieuses ». Et qui commence très tôt, sans que El Alaoui en soit d’ailleurs responsable puisqu’il s’agit de la collection du CNRS qui accueille sa thèse. Interrogeons-nous : en quoi une étude sociologique du réseau du livre islamique à Paris constitue-t-elle une connaissance du « Monde arabe » ?
J’ajoute aussitôt qu’il coule de source pour l’auteure que le livre islamique qu’elle ne définit jamais est le livre religieux, comme l’indique le titre du chapitre deuxième.
De même écrit-elle que l’implantation de commerces, lieux de culte ou librairies islamiques indique que l’« appartenance islamique » passe de l’espace privé à la sphère publique : mais qu’est-ce qu’une appartenance islamique ? Parle-t-on de recherche de spiritualité ? de sociabilité ? d’appartenance large à une communauté ? de nostalgie vis-à-vis d’un pays d’origine ? de constitution de réseaux d’entraide ? À la fois, « appartenance » et « islamique » cachent probablement des pratiques très variées de ces lieux : il conviendrait a minima d’approcher le sens vécu de cette « appartenance islamique » auprès des gens eux-mêmes.
Ailleurs, elle informe que l’édition arabe au Liban publie aussi bien des livres chiites que sunnites – l’imprimerie dont elle parle en l’occurrence appartient à une famille chiite. En quoi cette précision est-elle pertinente si elle ne présuppose pas que cette distinction va de soi ? Aux yeux de qui ? Et en quoi un livre est-il chiite (ou sunnite) ? Par l’auteur et ce qu’il revendique pour l’écriture de ce livre-là ? Par le thème abordé ? Par le public auquel il s’adresse ? Est-ce par cette grille de lecture confessionnelle que tous les lecteurs appréhendent ce type de livre ?

  1. De même nous informe-t-elle que l’Université islamique, dont elle dit sans l’ombre d’un début de preuve que “ la qualité de l’enseignement et le niveau d’exigence concernant l’évaluation des travaux des étudiants sont très élevés ” (§32, chap. 2), a pour but de former des cadres pour la « communauté musulmane », sans envisager le fait qu’elle cherche surtout à la fabriquer. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.