Tous les articles par jczancarini

Terreur dans l’hexagone – Compte-rendu par Jean-Claude Zancarini

Gilles KEPEL, avec Antoine JARDIN, Terreur dans l’hexagone. Genèse du Djihad français, Paris, Gallimard, décembre 2015.

Ce livre se présente comme une histoire des dix ans qui séparent les émeutes de l’automne 2005 des attentats de 2015 (il fut écrit avant les attentats de novembre, sauf l’avant-propos). Il suit les événements de façon chronologique et tresse plusieurs fils d’analyse : les effets d’une nouvelle conception du djihadisme mondial (qu’il voit à l’œuvre dans l’Appel à la résistance islamique mondiale de Abu Musab al-Suri, 2005), les transformations dans l’islam de France, l’évolution des rapports qu’entretiennent les populations françaises de culture ou d’ascendance musulmane avec la politique. Terreur dans l’hexagone se présente comme un récit qui découle d’un programme de travail souvent résumé par l’auteur dans ses nombreuses interventions dans la presse et dont la plupart des propositions paraissent recevables (je cite ce « programme » tel qu’il a été énoncé dans Libération, 10 mars 2016) :

Le premier impératif est, pour la France, de prendre les études du monde arabe et de sa langue au sérieux […] c’est en lisant les textes, et en effectuant des enquêtes de terrain dans les langues locales que l’on peut mettre en perspective les événements des décennies écoulées, comprendre comment s’articulent les mutations du jihadisme, depuis le lancement américano-saoudien du jihad en Afghanistan contre l’URSS en 1979 jusqu’à la proclamation du « califat » de Daech à Mossoul en 2014, avec celles de l’islam en France, puis de France. Repérer les articulations, les charnières, comme cette année 2005 où Abu Musab al-Suri publie son « Appel à la résistance islamique mondiale » qui érige l’Europe, ventre mou de l’Occident, en cible par excellence du jihad universel, et où les grandes émeutes de l’automne dans les banlieues populaires permettent, à côté de la participation politique massive des enfants de l’immigration musulmane, l’émergence d’une minorité salafiste visible et agissante qui prône le « désaveu » d’avec les valeurs de l’Occident et l’allégeance exclusive aux oulémas saoudiens les plus rigoristes. Analyser les modes de passage de ce salafisme-là au jihadisme sanglant, qui traduit en acte les injonctions qui veulent que le sang des apostats, mécréants et autres juifs soit « licite ». Continuer la lecture de Terreur dans l’hexagone – Compte-rendu par Jean-Claude Zancarini