Les Revenants

David Thomson, Les revenants. Ils étaient partis faire le jihad, ils sont de retour en France, Seuil (coll. Points), 2016 – Compte rendu par laurent dartigues.

Daniel Thomson (né en 1980) est un journaliste français, grand reporter pour Radio France International (RFI) et collaborateur du site d’information Les Jours. Il a fait ses études à Sciences Po Aix (Aix-en-Provence), avant de rejoindre l’Institut du journalisme de Bordeaux. Il a couvert la guerre en Libye de 2011, ainsi que le Printemps arabe tunisien de 2010-2011. C’est à cette occasion qu’il est confronté à la tentation jihadiste. Il coréalise d’ailleurs un documentaire à ce sujet pour Arte et devient un spécialiste reconnu de la question jihadiste. Les Revenants lui vaut du reste le prestigieux Prix Albert Londres et la plupart des ouvrages le citent car il est fondé sur un travail de première main, Thomson ayant réussi à dialoguer avec des jihadistes, ce qui fournit un matériau particulièrement riche de cas individuels.

Il n’en a pas toujours été ainsi. À l’occasion de la parution de son premier ouvrage Les Français jihadistes (2014), il fut invité à participer à l’émission Ce soir ou jamais du 25 avril 2014 sur France 2 (disponible sur youtube) pour rendre compte de son enquête auprès de jeunes français engagés dans les forces de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), le futur EI au moment de la proclamation du califat de juin 2014. Il y fit cas notamment de ce que, dans la logique de l’EIIL alors si peu connu en France, les actes terroristes sur le sol français apparaissaient logiques, la France étant considérée comme l’ennemie de l’islam, et alertait donc sur des risques élevés. Il fut accusé d’incompétence, traité avec mépris et incrédulité par les différents « experts » du plateau, que ce soit par Dounia Bouzar, qui venait de fonder le Centre de prévention des dérives sectaires liées à l’islam1, Hanane Karimi, féministe musulmane, sociologue, et surtout le philosophe Raphaël Liogier et l’avocat William Bourdon. Il fut rétorqué à David Thomson que ses propos faisaient le jeu des extrêmes et risquaient de favoriser la stigmatisation de tous les musulmans, voire l’islamophobie d’État.

David Thomson fut menacé de mort et placé sous protection policière en 2016. Il décide en 2017 de s’installer aux États-Unis pour sa sécurité.

De quelques régularités
Les Revenants n’est pas un ouvrage à thèses, il présente surtout un matériau assez brut de témoignages de jeunes gens partis faire le jihad en Syrie et revenus en France. Il défend toutefois un certain nombre d’hypothèses :
1. « Souvent minimisée, la puissance des convictions religieuses réelles et du mythe des faveurs du martyre dans le déclenchement du passage à l’acte violent ne peut être ignorée » (p. 313). Ces radicalisés de la cause islamique sont persuadés que le jihadisme est la seule lecture authentique de l’islam et qu’ils vivent donc dans sa pureté, cherchant par ailleurs à vivre dans l’imitation de la vie du prophète (p. 324-325).
La puissance d’attraction de l’EI réside dans le fait qu’elle « propose à ces ego froissés une dignité, un statut, une revanche sociale et la foi en une transcendance spirituelle » (id.), et donc aussi une dimension sociale et une dimension politique à côté de la dimension religieuse.
2. Le rôle de la jihadosphère, cette « matrice numérique d’un engouement collectif » (p. 314), à la fois guide du routard pour les apprentis jihadistes ou manuel type « Le terrorisme pour les nuls », est essentiel.
3. Malgré les discours qui disent qu’il n’est pas possible de faire des typologies, pour Thomson, des « tendances lourdes » se dégagent pourtant dans cet ensemble de djihadistes revenus sur le sol français :
– Ils se reconnaissent tous une période d’ignorance préislamique (jahiliya) faite de péchés, d’excès, de vices et une conversion pulsionnelle à l’islam pour s’en laver.
– Beaucoup viennent du rap, et étaient avant leur départ lycéens, étudiants ou sans-emploi aux minima sociaux, installés dans une radicalité sur le mode de : « on nique la France et sa police ».
– Le djihadisme n’est certes pas une l’idéologie du seul pauvre, les classes moyennes sont présentes, très rarement les classes supérieures. Il n’en demeure pas moins qu’il y a une sur-représentation des classes populaires.
– Des géographies particulières apparaissent. Rapporté au nombre d’habitants, avec 10 à 15 % de marge d’erreur communément admise par les experts, Trappes est la ville la plus touchée par le phénomène (d’où son surnom de « Trappistan ») avec environ 270 départs pour 100 000 hab. Puis viennent Lunel, Roubaix et Hérouville-Saint-Clair (autour de 100 départs/100 000), et ensuite Nice avec 30 départs pour 100 000 habitants2. En nombre absolu, le premier département pour les départs en Syrie demeure la Seine-Saint-Denis, puis les Yvelines, les Alpes-Maritimes, la Haute-Garonne.
– Le ressentiment « anti-système » est fort et les théories complotistes souvent antisémites très largement partagées.
– Si un passé délinquant est surreprésenté parmi ceux qui ont commis des attentats, cette variable est moins prégnante dans la sociologie des départs en Syrie.
– Ils ont reçu une éducation religieuse enfantine. Beaucoup furent sensibilisés à l’islam dans les mosquées prosélytes et rigoristes, mais non violentes, des salutistes ou des tablighi3. Ils appartiennent à des familles par ailleurs hostiles au jihadisme.
– Ils ont vécu dans un contexte familial à problèmes, avec une relation fusionnelle à la mère et une absence du père, voire dans des familles carrément dysfonctionnelles où régnaient parfois des violences sexuelles. La question du rapport à l’autre sexe est posée, pour les femmes notamment. Thomson note la récurrence du thème du « rapport traumatique à l’altérité masculine » (p. 323), et aussi à son propre sexe : « Elles rejettent tout aussi violemment et combattent à la fois le modèle de société que leur impose la République française mais aussi les obligations perçues comme étant celles de la femme contemporaine : l’égalité de genre qu’elles estiment contraire à la religion, l’injonction sociale de réussir sa vie professionnelle, sociale et familiale dans un contexte concurrentiel entre les individus » (p. 323).
– Pas mal sont des enfants issus de couples ethniquement ou religieusement mixtes.
– Dans une large majorité, ils présentent un faible niveau d’études, une socialisation dans la culture musulmane (70 %) et dans les quartiers populaires. 30 % sont donc des convertis, dont les cellules familiales sont parfois juives, le plus souvent chrétiennes (et fréquemment pratiquantes), à condition de préciser que ces foyers chrétiens sont issus de minorités, soit liées à l’immigration portugaise ou d’Afrique subsaharienne, mais aussi dans une moindre mesure asiatique (viêtnamienne ou coréenne), soit relevant de ce qu’on appelle la « communauté des gens de voyage ». Thomson fait remarquer que « de nombreux cas [sont] originaires des Antilles françaises et des territoires d’outre-mer » (p. 139). Il observe aussi une sur-représentation d’individus issus de familles monoparentales avec une figure paternelle défaillante.

De quelques témoignages (une sélection personnelle)
Le cas de Yassin, famille bourgeoise, sentiment d’échec et de frustration après un bac S mention bien et des études de médecine, puis de pharmacie, ratées. Il vit mal le fait que sa sœur, avec qui il entretient une relation fusionnelle, se marie et attende un bébé. Il s’enferme et passe de plus en plus de temps sur le web à consulter les vidéos de l’EI. Il veut partir et devenir quelqu’un au sein de ce qui est vendu comme une cité idéale pour tous les musulmans, qui plus est, inscrite dans une prophétie eschatologique : “ Vous venez, vous avez une voiture, vous avez tout. C’est participer à quelque chose d’énorme. Ils vous montrent des vidéos de chevaliers qui sauvent le monde. J’étais pas religieux à l’époque (…) Mais c’était quelque chose d’un peu mystique, une prophétie que les gens attendaient. C’est un peu une folie, une transe collective, qui fait qu’il faut le faire et que tout va bien se passer ”4 (p. 89).

Le cas de Zoubeir, parti en Syrie fin 2013, pour sa part « revenu » de l’idéologie jihadiste (il se dit désormais apostat) : “ En rentrant, la plupart sont déçus peut-être, mais repentis, pas du tout. Ils sont encore partisans du jihad. (…) Ils considèrent la France comme une force mécréante, ennemie de l’islam, qui lutte contre leurs frères ” (p. 100, je souligne). Qu’ils n’arrivent pas à partir en Syrie ou qu’ils reviennent déçus de l’EI, le désir de poursuivre seul le jihad en France se fait jour : « Quitte à ne tuer qu’une personne, mais ils veulent mourir en martyrs. C’est pour ça qu’ils veulent frapper la France, ils veulent juste le martyre. Ils en ont marre de cette vie » (p. 149).
À propos du programme de déradicalisation5 qui aurait reçu 1 million d’euros entre fin 2014 et fin 2015, Zoubeir dit : “ Je ne vois pas comment on peut déradicaliser ces gens, sachant qu’eux ne se considèrent pas comme des radicaux, mais comme des musulmans en conformité avec ce qu’ils suivent, c’est-à-dire le Coran et la Sunnah ” (p. 103-104).
Plutôt bon élève, issu de la classe moyenne, parlant l’arabe marocain et l’arabe littéral, ado sans problème, discret mais aussi solitaire, qui sort peu et n’a encore jamais eu de relation amoureuse, Zoubeir, à partir de 16 ans cherche un absolu spirituel dans une société qui ne lui offre que la perspective matérialiste de la consommation : “ On nous pousse à consommer, consommer, consommer plus. (…) c’est vide, ça donne pas envie de vivre. Consommer, ça génère de l’ennui aussi, on dirait qu’on est morts. ” (je souligne, p. 111). Il intègre en quelques semaines un groupe de gens “ qui n’étaient pas comme les autres ” (p. 112) et l’attirent pour cela, et dont il apprend qu’ils veulent revenir à la vision pure, rigoriste, de l’islam : ce sont des salafistes quiétistes de la mosquée toute proche6. C’est la première marche vers le jihadisme qu’il rencontre d’abord sur les sites internet en faisant des recherches pour approfondir sa connaissance, puis physiquement, à l’occasion d’une manifestation destinée à dénoncer les agressions que subissent des femmes vêtues du niqab. Il se met à fréquenter leur mosquée parisienne, décroche rapidement au lycée, surtout en raison des propos des professeurs au sujet de l’islam, « qui, pour échapper aux amalgames, visent à l’occasion de chaque attentat dans le monde à distinguer islam et jihadisme, mais produisent sur lui l’effet contraire à celui recherché en le renforçant dans ses convictions » (p. 119) que l’islam c’est bien le jihadisme et que ces discours sont faits pour endormir les musulmans : “ Moi, j’en pouvais plus d’entendre toujours ce même discours, voilà ça n’a rien à voir avec l’islam, non il n’y a pas de motivation religieuse ” (p. 120).
La motivation religieuse prime donc chez Zoubeir. Mais il avoue également son « penchant pour la radicalité politique » : “ j’aspirais à être un homme politique, je soutenais toujours les gens et les partis antisystème, le Front national ou l’extrême gauche. ” (p. 121). Comme il le dit aussi : “ J’ai l’islam, j’ai ce côté révolutionnaire ” (id.). Ce désir de changement, dans l’islam, est à ses yeux incarné par Al-Qaida : “ C’est le retour à des valeurs saines. En France, il y a le mariage homo, tout ça, nous, on est contre ça. C’est ça qui m’a attiré, ils avaient un discours différent des autres ” (id.). “ J’ai pas cherché des raisons de vivre dans le communisme parce que ce n’était pas dans l’éducation qu’on m’avait donnée. On m’a inculqué des valeurs religieuses, donc je me suis tourné vers la religion. ” (p. 122).
Son engagement lui (re)donne une estime de lui-même, lui procure une fierté ; acquérant en outre une certaine audience dans la « jihadosphère », il apaise « son angoisse de solitude » et comble « son besoin de reconnaissance », constate D. Thomson. Zoubeir témoigne en effet : “ Je sentais qu’il y avait un cocon qui se formait autour de moi, j’avais le sentiment de ne plus être seul ” (p. 124).
Zoubeir ajoute aussi quelque chose qu’on passe généralement sous silence. Si la dimension religieuse est fondamentale dans l’engagement jihadiste, il ne faut pas négliger une composante sexuelle : “ S’ils font une émigration pour autre chose que pour Dieu, celle-ci n’est pas acceptée au paradis. Donc ils te diront jamais qu’ils ont fait l’émigration pour des femmes. Mais c’est par cet aspect-là que Daesh a réussi à attirer beaucoup de gens. ” (p. 128). Sans compter que la promesse des 72 houris au paradis compte fortement pour les candidats au martyr. Le religieux, le sexuel et les houris, c’est le trio des motivations selon Zoubeir.

Mais ces deux cas ne doivent pas masquer que les départs en Syrie concernent surtout des jeunes au bas de l’échelle sociale : « C’est la revanche sanglante des humiliés, le remède à toutes les frustrations, générant dès 2013 des départs exponentiels (…) Le jihad en Syrie est alors vendu et vécu comme une expérience de jouissance individualiste et collective, légitimée religieusement, offrant un statut de chevaliers de l’islam et l’effacement de tous les péchés. (…). Tout ce qu’ils ne pouvaient pas posséder en France est à portée de main en Syrie au titre de « butin de guerre » » (p. 137).

Thomson insiste sur la dimension à la fois transcendantale et ludique du jihad en Syrie, une ambiance qui confine parfois à la colonie de vacances : “ Par moments, c’était troublant. (…) On avait l’impression d’être en train de s’amuser, comme si on était partis à la plage, en vacances. C’est bien le terme « LOL jihad »7, c’était bien ça ” (p. 138, parole de Zoubeir). Une impression d’islamisation d’un mode de vie de cité, témoigne Zoubeir. Mais en 2014, ça se gâte, en raison, d’une part, des combats entre Daech et les rebelles sunnites, et, d’autre part, à partir d’août, des bombardements de la coalition internationale et des attaques de drones états-uniens.

Thomson relativise l’idée que la prison est une « université du jihad », ce n’est pas en prison que la majorité se radicalise avec le fondamentalisme jihadiste. Mais la détention les renforce dans leur idéologie, permet le plus souvent d’approfondir la doctrine. Et la prison en fait est perçue comme faisant partie de l’honorabilité de la carrière de tout bon jihadiste, à la fois parce qu’elle confirme la vérité de leur démarche et que l’épreuve carcérale permet d’obtenir des « points » pour le paradis. Car, et non sans contradictions avec le « LOL jihad », ces djihadistes méprisent la dunya, la vie terrestre et matérialiste d’ici-bas. La « vraie vie » qu’ils désirent, c’est celle de l’au-delà, à travers la mort. Autre « atout » de la prison, elle aide à nouer des liens avec le banditisme et facilite ainsi l’accès aux armes.

La question de l’antisémitisme est omniprésente. Zoubeir témoigne que pour ses parents et de nombreux musulmans, Daech n’est pas une entreprise religieuse, mais un complot sioniste : “ Ils sont toujours dans le déni. C’est jamais la faute des musulmans, c’est toujours la faute de l’Occident. Toujours la faute des Juifs, des sionistes. C’est toujours les Juifs qui financent ” (Zoubeir, p. 172).

Le cas de Kevin, venu d’un milieu catholique breton, converti à 14 ans parce que le catholicisme est trop complexe alors qu’“ avec l’islam les choses sont tellement claires et faciles à comprendre ” (p. 248). Kevin est un rappeur raté qui passe de « nique la police » aux mots d’ordre du dogme salafiste : « la quasi-totalité des hommes djihadistes que nous avons pu interviewer (une centaine depuis 2012) expliquent avoir baigné dans le rap avant de passer au jihad » (p. 297), ce que Thomson appelle les bribes d’une radicalité « street ».

Il n’y a que de rares cas de pathologie mentale, tel cet ancien soldat français qui parle de sa jouissance de tuer. Il a intégré la police religieuse dite la Shoota chargée de réprimer les actes punis d’amputation des membres ou de décapitation : « Dans cette unité, il peut désormais assouvir pleinement son envie de tuer au nom d’une cause perçue comme transcendante » (p. 304). Il faut savoir qu’une dizaine d’anciens militaires ont rejoint la Syrie. Celui dont il est question ici est parti dès 2012. En novembre 2015, il disait à Thomson qu’il aimerait rentrer en France pour tuer le maximum de gens et se faire tuer.

Thomson fait une part belle aux « revenantes ». Les entretiens lui montrent que, souvent, ces femmes ont connu « directement ou dans leur entourage des cas de violences domestiques ou sexuelles, d’abandon parental, de prostitution ou de toxicomanie » (p. 210). Leurs motifs d’engagement sont multiples et similaires aux hommes toutefois. Le désir de fonder une famille et de vivre sous l’autorité d’un partenaire idéal est primordial. Elles vivent dans des maisons de femmes, véritable usine matrimoniale pour fabriquer les futurs « lions de l’islam ».

Telle Safya, qui suivait un master en sciences de l’éducation, dont le témoignage indique en creux la difficulté des institutions à prendre au sérieux la motivation religieuse. Interrogée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à son retour de Syrie, sur le jihad, le martyre, etc., elle s’irrite de ce que les policiers la prennent pour une demeurée de la religion. Elle dit : “ C’est pour voir si t’es partie pour la religion ou pour autre chose, parce qu’ils veulent prouver que la plupart des gens qui partent là-bas sont paumés religieusement. (…). Ils pensaient qu’ils connaissaient mieux la religion que moi ” (p. 180-181).
« Dès son retour en France, la jeune femme [23 ans] a repris une vie étonnamment banale, avec une facilité et une rapidité déconcertantes » (p. 180). Elle n’est point inquiétée après sa garde-à-vue, s’étonne Thomson : « Un préjugé sexiste8 (…) pousse les autorités françaises à envisager l’engagement jihadiste féminin avec plus de clémence, le considérant davantage comme le résultat d’une soumission victimaire à la domination masculine » (p. 182). Ou bien pousse à le placer du côté de la pathologie psychiatrique.
Pour autant, elle se sent toujours aussi mal en France, “ Je déteste la France. Je ne me sens pas à ma place en France ”, proclame Safya (p. 193) et elle parle de partir au Yémen.

Telle Lena, revenue après une année passée en Syrie de fin 2014 à fin 2015, mais accusée d’espionnage et ayant subi des violences physiques et psychologiques : « pourtant, elle garde une image émerveillée de l’organisation et de son projet » (p. 196), incriminant non la hiérarchie de Daech, demeurée pure à ses yeux, mais la base, notamment française qui conserve à ses yeux sa culture impure de la cité.
“ Tout d’un coup, j’ai eu un dégoût de tout. Même avec ma mère, du fait qu’elle priait pas, c’est moi qui lui ai fait le rappel sur la prière, elle se voilait pas. Elle fume. Pour moi c’était une Occidentale, elle sort au bistrot avec ses amies. Elle touche des hommes au travail. Son métier me dégoûtait. Je lui avais demandé d’arrêter (…). Elle partait en voyage en Dubaï toute seule. Je lui disais : « tu pars sans ton mari, sans ton mahram. Tu me dégoûtes » ”. (p. 212, je souligne).
La détestation de la France est très forte, appuyée au sentiment qu’il n’existe pas de possibilité d’ascension sociale du fait d’être musulman. Lena y ajoute un ressentiment « postcolonial », en ce sens où elle relève que son grand-père est mort lors de la guerre d’Algérie, qu’elle appelle pour sa part le “ génocide français ” (p. 214).

Adhésion au jihadisme et revêtement du voile intégral. Safya dit : “ tu ne peux pas comprendre, si t’es pas musulman et si t’es pas une femme, tu te couvres et tu te sens plus libre ” (p. 211), en se dérobant au regard masculin. Lena affirme : “ plus je suis voilée, plus j’ai l’impression d’être égale à la personne en face de moi (…). L’islam nous met tous sur le même piédestal. Que tu sois fils de riche ou fils de Noir, de pauvre ou d’Arabe, c’est la même chose ” (p. 213-214).
Le ralliement au jihadisme fonctionne globalement comme un apaisant : « La propagande transforme ses angoisses [identitaires] en sentiment de toute-puissance » (p. 216) adossé à une rhétorique apprise sur internet par cœur. Elle conjugue : humiliation des musulmans, idée de retrouver sa dignité et sa fierté dans un contexte de lois islamophobes, vision du califat comme un État destiné aux musulmans humiliés. « Le rejet total des valeurs sociétales françaises va de pair avec une adhésion rationnelle à un projet de vie perçu comme idéal au sein de l’État islamique. » (p. 217, je souligne).
Thomson souligne que la propagande d’essence conspirationniste et antisémite est agissante sur des post-adolescents sur fond de relégation. « En partant, Safya et Lena étaient parfaitement conscientes de la nature terroriste du groupe qu’elles rejoignaient. Son ultraviolence, ses exactions étaient perçues comme légitimes, au nom d’un projet supérieur présenté comme révolutionnaire et universaliste, mais qui faisait finalement écho à leur individualité humiliée » (p. 220).

Pourquoi les retours ? Très peu explicitent le fait de revenir en France. Kevin évoque la peur de mourir, depuis une blessure par éclat d’obus. Mais aussi une rupture idéologique avec le jihadisme de l’EI.

  1. Que Thomson qualifie de business de la déradicalisation []
  2. En nombre absolu (130 cas), Nice est la première ville pourvoyeuse de jihadistes partis en Syrie, et ce dès 2013. Ce nombre est la mesure de l’influence d’Omar Diaby et de son charisme sur des jeunes niçois des quartiers populaires, grâce à son CV de gangster et ses années passées en prison, par ailleurs figure majeure de la jihadosphère francophone entre 2012 et 2013 (p. 263 sq.). []
  3. Le Tablighi Jamaat (« Association pour la prédication ») est un mouvement fondamentaliste né en Inde, aujourd’hui largement internationalisé. Strictement religieux et refusant la violence et donc a fortiori le jihadisme, ce mouvement attaché à une lecture purement littérale du Coran prône une islamisation par le bas, ciblant notamment les populations immigrées []
  4. Pour différencier les propos de Thomson des dits rapportés, j’utilise des guillemets différents []
  5. Confié par le ministère de l’Intérieur en grande partie au CPDSI de Dounia Bouzar (voir plus haut) et dans lequel sa fille Laura est chef d’équipe. Thomson rappelle que Dounia Bouzar a créé en 2012 la SARL Bouzar Expertises, dirigée par sa fille Lylia, spécialisée dans le conseil aux entreprises, aux élus ou aux institutions, afin de gérer les convictions religieuses. Vivement critiquée pour son fonctionnement opaque et des résultats pour le moins mitigés, le mandat public accordé au CPDSI n’a pas été renouvelé début 2016. []
  6. Thomson rappelle que ces salafistes jouent souvent le rôle d’indic pour la police, dénonçant les jihadistes qu’ils qualifient de takfiristes. Le takfirisme est une mouvance à l’intérieur du salafisme qui se distingue par son appel aux armes, son idéologie messianique et sa propension à jeter l’anathème (takfir en arabe) contre les autres musulmans perçus comme des mécréants. []
  7. Il revient fréquemment le fait d’avoir des chats dans les bases des jihadistes, avec lesquels ces derniers posent sur Facebook. Un point de curiosité qui n’est pas expliqué ici. []
  8. Thomson précise : jusqu’au printemps 2016, elles ne sont pas perçues comme une menace parce que notamment elles n’ont pas le droit de combattre. Safya et Lena témoignent toutes deux qu’elles désiraient combattre pourtant. Mais à ce jour (2016), il n’existe qu’une seule unité paramilitaire de femmes, créée fin 2014, à savoir une police islamique, une sorte de brigade des mœurs ou hisbah, composée en général de Tunisiennes. Trop violente, l’EI a mis fin à cette expérience qui risquait de lui aliéner les populations syriennes (p. 205-206). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.