Archives de catégorie : Atelier de lectures

François Héran, Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir, Paris, Éditions La Découverte (coll. L’envers des faits), 2017

Compte rendu réalisé par François Robert.

Dans le débat politique, amplifié par la période électorale, la question de l’immigration a été encore au cœur des discours. Le nouveau ministre de l’Intérieur Gérard Collomb reprend le flambeau de ses prédécesseurs en voulant durcir la politique migratoire et propose à cet effet, en janvier 2018, une énième loi sur l’immigration et de droit d’asile. Preuve s’il en est que le livre de François Héran est d’une actualité brûlante. Il aborde ces questions, moins en tant que chercheur, bien qu’il ait publié deux autres livres sur ce thème1, mais comme directeur d’un établissement public, l’Institut national d’études démographiques (INED), dont une partie des chercheurs travaillent sur le thème des migrations. Cette position induit un point de vue spécifique et original.

François Héran

Le parcours de l’auteur l’explique en partie. Normalien (Ulm), agrégé de philosophie, il soutient une thèse en 1979 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en anthropologie sociale sur la parenté en Andalousie occidentale. Puis, il intègre l’INED avec une mise à disposition à l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) où il a en charge des enquêtes sur les conditions de vie des ménages (1980-1992) avant de prendre la direction de la division des Enquêtes nationales et études démographiques (1993-1998). Il assure, dès 1999, la direction de l’INED pendant une dizaine d’années. Ce parcours est atypique dans le sens où un philosophe accède, pour la première fois, à la tête d’un Établissement public à caractère scientifique qui était traditionnellement dirigé par des polytechniciens2. Sans vouloir déflorer le compte rendu, cette rupture déjà engagée avec son prédécesseur, lui aussi non polytechnicien, peut apparaître comme un des moteurs de la controverse entre démographes qui suinte tout au long de l’ouvrage.

Cet ouvrage de 327 pages, divisé en sept parties et vingt chapitres, s’articule autour de deux thèmes principaux. Le premier traite des politiques publiques en matière migratoire et le second revient sur les débats parfois très violents sur la question des migrations dans le monde politique mais aussi au sein de la communauté scientifique, en raison notamment des choix méthodologiques et politiques des chercheurs.

En introduction, il part du constat que la France est une terre d’accueil de migrants du monde entier depuis longtemps, mais cette migration s’est modifiée au cours du temps entre l’Europe et le Maghreb-Afrique avec respectivement une part de 66 % et 20 % en 1975 pour s’inverser en 2012, 37 % et 43 %. Depuis 2002, l’immigration légale extra-européenne tourne autour de 200 000 par an, et ce quelles que soient les alternances politiques. Globalement, le taux d’immigration en France (0,3 %) correspond à la moyenne européenne. Héran s’interroge sur la permanence de ces chiffres. Pour l’INSEE, le pourcentage d’immigrés (c’est-à-dire ceux vivant en France depuis au moins 1 an) s’élève à 10 % de la population. Si l’on considère les personnes nées en France de parents immigrés, ce taux cumulé avoisine les 22 %, ce qui signifie que « plus d’un habitant sur cinq est immigré ou enfant d’au moins un immigré ». Avant d’aborder la question des politiques publiques, il définit les concepts qu’il utilisera. Tout d’abord, il refuse de prendre en compte la théorie circulatoire propre aux Anglo-Saxons car elle fait fi du fait que les migrants s’installent. Héran préfère parler de migration de peuplement qui réunit les concepts de circulation et de peuplement. Au niveau lexicologique, il va même jusqu’à utiliser le concept de migrant de souche pour signifier qu’il fait souche dans leur pays d’accueil (histoire de tordre l’expression « Français de souche »).
La question des migrants ressurgit dans un contexte international tendu (résurgence du phénomène religieux, attentats, situation au Moyen-Orient), mais cette crise des migrants n’est pas démographique, elle est politique et morale. Il évoque des vagues migratoires antérieures beaucoup plus importantes que celles actuelles. Par exemple, pour les réfugiés syriens, la France en a accueilli 80 000 en 2015 (0,12 % de sa population totale), soit un taux très faible par rapport à l’Allemagne (970 000 soit 1,1 %), alors qu’en 1939 la France accueillit 700 000 républicains espagnols (soit 1,6 % de la population d’alors qui était de 42 millions) et un million de rapatriés d’Algérie en 1962 (2,1 %). L’auteur a raison de rappeler ces migrations historiques, mais encore faudrait-il préciser les conditions d’hébergement de ces migrants (parquer dans des camps et notamment celui de Rivesaltes qui a servi à ces deux vagues migratoires) et les réactions négatives qu’elles ont induites. Continuer la lecture de François Héran, Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir, Paris, Éditions La Découverte (coll. L’envers des faits), 2017

  1. Le Temps des immigrés. Essai sur le destin de la population française, Paris, Seuil, 2007 et Parlons immigration en trente questions, Paris, La Documentation française, 2012. []
  2. Directions de l’INED : Jean Bourgeois-Pichat (1962-1972, promo X 1933), Gérard Calot (1972-1992, promo X 1954), Jacques Magaud (1992-1995, promo X 1960). L’École Polytechnique est surnommée l’« X ». []

Question de blasphème, à partir de Jacques de Saint Victor, Blasphème. Brève histoire d’un « crime imaginaire » et Anastasia Colosimo, Les Bûchers de la liberté

compte-rendu par laurent dartigues

Ces deux livres parus en 2016 sont des essais rédigés dans le feu des attentats qui ont frappé la France au cours de l’année 2015. À ce titre, ce sont des ouvrages d’intervention dans le débat public, à partir de leurs compétences intellectuelles – l’un d’historien du droit (Jacques de Saint Victor), l’autre de politiste dont les travaux de thèse portent sur le blasphème (Anastasia Colosimo) –, et à propos d’une liberté d’expression qui apparaît à tous deux menacée. Continuer la lecture de Question de blasphème, à partir de Jacques de Saint Victor, Blasphème. Brève histoire d’un « crime imaginaire » et Anastasia Colosimo, Les Bûchers de la liberté

la pensée de Fethi Benslama

Nous vous proposons un long compte-rendu de plusieurs ouvrages de Fethi Benslama. Nous aurions pu le réduire. Il nous a paru judicieux malgré tout, au risque de lasser le lecteur ou la lectrice, de ne « pas trop » condenser cette pensée ample, faisant feu de tout bois, exprimée depuis un point de vue avec lequel peu d’entre nous sont familiarisés. Ne pas la déformer voire la caricaturer nous impose quelque longueur… Afin qu’elle ne soit pas langueur, nous vous proposons de picorer dans le texte comme bon vous semble, à partir des titres du plan détaillé ci-dessous :
Partie 1
De la radicalisation
La radicalisation comme menace
La radicalisation comme symptôme
Le surmusulman et son dépassement
L’invention de l’islamisme
Le surmusulman
Fatwa-folie : le sexe et le surmusulman
D’un dépassement du surmusulman : le miroir politique
Partie 2
Prologue… Qui est Fethi Benslama ?
À quel type d’ouvrage avons-nous à faire ?
La guerre des subjectivités en islam
La question du martyr
À propos du soulèvement tunisien
Une anthropologie psychanalytique de l’islam
Épilogue… Les invitations optimistes de Fethi Benslama


Continuer la lecture de la pensée de Fethi Benslama

Jean Birnbaum, Un silence religieux. La gauche face au djihadisme, Paris, Éditions du Seuil (coll. Essais), 2016 – Compte-rendu par Marie Fabre.

Birnbaum_silence-religieuxUn silence religieux se présente d’abord à travers son sous-titre « La gauche face au djihadisme », bien en vue sur la couverture du livre, comme une prise de position dont le but est clairement d’occuper le terrain du débat ou au moins d’y contribuer par un éclairage qui s’annonce polémique. En réalité, passée la couverture, on se trouve devant un véritable essai qui ne s’attache pas seulement à la situation actuelle. Cet essai a une thèse simple : il existe aujourd’hui au sein de la gauche, dans la manière de traiter le djihadisme, un déni ou un refoulement du religieux qui vient de loin. Ce n’est pas tant la religion en tant qu’institution qui intéresse ici Birnbaum, mais le religieux en tant que foi, espérance, qui se retranscrit aussi dans l’aspiration individuelle et collective à un idéal. Cependant, loin de s’arrêter à une enquête sur l’actualité, qu’il traite somme toute assez rapidement, il présente ce déni comme le résultat d’une longue tradition française. Birnbaum tente de retracer quelques épisodes de cette histoire en alternant l’analyse de certains moments-clé de l’histoire de la gauche française, comme la guerre d’Algérie, ou des analyses d’épisodes récents (l’affaire de la candidate voilée au NPA), avec des réflexions sur la révolution iranienne vue par Michel Foucault, la place de la religion chez Marx, dans un mouvement d’aller-retour constant entre analyse historique ou politique et philosophie, actualité et histoire du XXe siècle (et le livre se clôt d’ailleurs sur un chapitre comparatif entre djihadisme et brigadisme).
On voit déjà que le livre brasse large, avec un avantage : il propose une vraie réflexion sur le phénomène qu’il aborde en le réinsérant dans une histoire ; et quelques inconvénients : il passe évidemment très vite sur certains points, affrontés de manière superficielle ou univoque, d’autant plus que Birnbaum semble parfois préférer la formule facile, la plume du polémiste, à la précision du propos (voir les titres de chapitre à l’emporte-pièce, du type « Djihad partout, religion nulle part »). Continuer la lecture de Jean Birnbaum, Un silence religieux. La gauche face au djihadisme, Paris, Éditions du Seuil (coll. Essais), 2016 – Compte-rendu par Marie Fabre.